Aquò d'Aqui


            partager partager

A l’espitau degun vòu d’un “retorn a l’anormau”

Amé lei testimònis de nòstrei correspondents


AIS/MARSELHA/MONTALBAN/TOLON. Avec l’aide de nos correspondants un tour d’horizon des défilés des personnels de santé : des moyens, en particulier humains, pour la santé publique en France, c’est ce qu’ils réclament, soutenus par des individus qui manifestaient avec eux.



Les emplois précaires vont souvent avec une santé précaire...solidarité bien comprise à Montauban (photo DM DR)
Les emplois précaires vont souvent avec une santé précaire...solidarité bien comprise à Montauban (photo DM DR)

A Tolon parlan de dos mila manifestants, a Marselha pas luenh de dètz mila, a Montalban un milier, e de’n pertot lo monde clamava que voliá pas un “retorn a l’anormal” segon lo crit d’aquelei de Montalban, onte, nos ditz Daidier Mir :la manifestacion se metèt en marcha cap a l'espital ont los esperavan los personals suenhants. Un bon milierat de personas se retrobèron. Un moment força pertocant: lo rescontre del cortègi e de los trabalhadors de santat que los esperavan a l'intrada de l'espital. Los aplaudiments ne'n finissián pas.”


Pas pron de cubèrta nimai d'infiermiers

Un hôpital public avec des moyens c'était moins de drames humains. A Marseille nombre l'ont dit (photo SC DR)
Un hôpital public avec des moyens c'était moins de drames humains. A Marseille nombre l'ont dit (photo SC DR)

Anem a s’Ais, onte quatre cents personas, per l’essenciau de sonhaires, se retrobavan plaça de la Rotonda. Massís, leis espatlas largas sus la blòda blanca, Nicolas Courbebaisse l’i destapa la plaga de la santat publica : “avans la pandemia deja nos faliá chausir a quau donar una cubèrta, bòrd que ne’n avian pas per totei, e chasque an totjorn que mai deviam faire mai amb mens!”

 

Lo delegat CGT de l’espitau psiquiatric locau, Montperrin, saup ben descriure la nafradura : “amé totjorn que mens de personau fau sièis mes a nòstrei pacients per obtenir un rendètz-vos. Se que podem pus li donar de tèmps, nòstre mestier perd tot sens”.

 


Pauc pagats mai fòrça mobilisats

A Toulon le rassemblement hebdomadaire a été plus fourni (photo PJ DR)
A Toulon le rassemblement hebdomadaire a été plus fourni (photo PJ DR)

La gestion dei ressorças umanas siguèt catastrofica, e se’s vist dau tèmps dau mai fòrt de la crisi dau covid 19. “Nòstre espitau sabiá pus coma faire e emplegava de CDD per permetre lo minimom de congiets ais infirmièras en CDI” desvela Fabrice Colas, eu tanben delegat cegetista , mai d’un novèu espitau “public-privat” que se’s dubert a s’Ais amé 540 sonhaires, “mens pagats de 300 € encara que dins lo public” nos vèn Christelle, segretaria dins l’establiment, e mobilisada tanben de lònga dau tèmps de la crisi. Totei fan de mestiers vists ara coma essenciaus, mai pagats au començament 1400€ net e pas mai.

 

Es aquò que diguèron dins lo cortègi de Tolon pereu!” escotam Patricia Jouve, que l’i èra : “se fa un passa carrièra per setmana e aièr èron mai nombrós, per dire son besonh de personau, e de personau mai pagat”

 


Lo sosten de mantun

Lei mejans per l’espitau ? A part lei budgets d’Estat, fau ben vèire que dins nòstre sistèma leis actes medicaus lei mai pagats son per lo sector privat, e a cha pauc , nos a creat un clivatge ben perilhós per la santat publica” nos vèn Sophie, assistenta sociala a l’espitau d’Ais, caminant amé lo cortègi marselhés. “Pòdi vos dire que li a fòrça sofrença demieg lo monde espitalier, e nos fa de ben lo sosten dau monde que vèn manifestar uei”.

 

A s’Ais, Charlotte se ten drech un pauc en despart de l’acampament deis blòdas blancas, sa pancarta de carton sus lo ventre : Santat e sociau son pas de marchandisas !!!” Intermittenta de l’espectacle, trabalha pas e trabalharà pas de tot l’estiu. “Sabem pas ce que farem, o se farem quauqua ren, ges d’anoncias, ges de vesibilitat...” Alòr se’es vista en armonia am’aqueu monde que sembla tant essenciau coma l’es l’infirmier, perqué li sembla que la cultura l’es tanben.

 

Charlotte, intermittente du spectacle, ne travaillera pas cet été, et écrit bien ce qu'elle a à dire à Aix (photo MN)
Charlotte, intermittente du spectacle, ne travaillera pas cet été, et écrit bien ce qu'elle a à dire à Aix (photo MN)

Mercredi 17 Juin 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.