Aquò d'Aqui


            partager partager

A Talard lo reviure a trenta ans


TALLARD. Dans l'ultime ville provençale avant le Dauphiné les traditions sont vives grâce a La Taiole, qui fête son trentième anniversaire les 4 et 5 mai.



L'association aux fêtes de Saint-Bonnet (photo XDR)
L'association aux fêtes de Saint-Bonnet (photo XDR)
« I a fòrça especificitats dins lo vestit tradicionau coma dins lei dansas, o dins la lenga, a chasque vau au nòstre, e la tòca deis associacions coma La Taiole es de lei gardar vivèntas ». Per Estefan Delval, president d’aquela còla folclorica despuei vint ans, La Taiole es un mejan, per lo monde de Talard, de faire viure l’esperit dau país dins lo siècle XXI.


Lo 4 de mai, l’associacion aurà celebrat sei trenta ans, am’un estagi de danças tradicionalas e, segur, lo balèti que seguirà. A l’aficha, tres gropes li jugaràn a-de-reng : Balavotz, En avant 3 e lei vielistas de Tournicoton Electradoc

Nos abonnés a la revue mensuelle pourront disposer de l'article entier, avec l'histoire et la philosophie de l'association, et  les idées qu'elle apporte.

Mercredi 17 Avril 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Eimound le 18/04/2019 16:56
Bonjour
Talard, Toujour, aro, darriéro vilo prouvençalo? Alor, Briançoun, toujour dins lou Dóufinat ? Podès me dire ? E Gap ?
Gramaci.
Couralamen
Eimound

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.