Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

A Pèire Pessamessa lo prèmi literari de Provença


Succédant à Jean-Luc Domenge, Jan Bernat Plantevin, Sèrgi Bec et Bernard Laffont, Pèire Pessemessa sera le prochain Grand Prix Littéraire de Provence, décerné à Ventabren (13) dimanche 30 septembre 2012. L’homme de lettres interroge la société d’aujourd’hui avec le sens de la provocation, dans un milieu occitaniste où, décidément, il n’entend pas rentrer pas dans le rang. Portrait.



Un penseur original en occitanisme (photo MN)
Un penseur original en occitanisme (photo MN)
èire Pessamessa es un originau en occitanisme. Se pòu pas dire qu’a lo biais de pensar de la mage part dei militants que se pòdon rescontrar, d’acamps en passa-carrieras – monte, pasmens,  totei aquelei lo rescontron.
 
Dins aqueu monde de foncionaris, mai que d’un còp ensenhaires, pertocats per leis idèias de la gaucha umanista, vaquí un aubergista, que devié investir per esperar una chifra d’afaires. Dins un mitan monte lei sostèns son fèrmes per totei lei reprovats e imigrats qu’aduson una autra cultura, eu questiona la compatibilitat de l’islam ‘mé lei societats occidentalas. Quand lei sueicides d’emplegats de France Telecom esmòuvon tot lo monde, eu rapèla que lo meme monde demòra mut davant lo sueicide deis artisans que pòdon pas pagar son impòst. Viu dins un autre monde. Lo dison pojadista, liure pensaire… En veritat es « pessamessista » ! S’enebís pas de pensar la societat en defòra dei discors dejà establits en occitan.
 
Mai que d’un còp, sei corriers au setmanier La Setmana li valon de responsas enrabiadas de legeires.

Grand lecteur des troubadours et de Balzac

Une grande partie de l'oeuvre de Pierre Pessemesse est constituée d'articles, parfois polémiques, sur la société de son temps (photo Vent Terral DR)
Une grande partie de l'oeuvre de Pierre Pessemesse est constituée d'articles, parfois polémiques, sur la société de son temps (photo Vent Terral DR)
Am’aquò, escriu d’un rai d’avejaires bèn argumentats sus a pauc près tot, dins un occitan de son Leberon, e lei paraulas rajon, fluidas. Son aquelei d’un locutor naturau que, amé regularitat tanben, nos dis coma es estonat davant tau titre, tau biais de dire, emplegat dins Aquò d’Aquí. 
 
Aquel òme que tèn son sèti au Consèu de l’Escrich Mistralenc, escriu la mage part dau temps en grafia classica, mai se garça dei frontieras mentalas qu’opauson lei diferentas escòlas dau regionalisme. Es adonc un òme dei camins traversiers que totara va onorar lo Grand Pres Literari de Provença, a Ventabren (13). Succedarà au joinet Jan Luc Domenge, meme pas cinquantenari, e pasmens admirat per son ancian, que posa dins sei collectagis una satisfaccien, aquela de vèire s’esperlongar la coneissença dau provençau vertadier, o puslèu populari, aqueu qu’inventon pas mai un regiment de lexicografes de bibliotècas, qu’arrapa la crenta de rescontrar lei gents que parlon per comunicar.
 
Succedarà a son quasi vesin Sèrgi Bec, e a Robèrt Lafont. Pas mens. A Ventabren rejonharà una mena de Panteon d’obraires occitans.
 
Mai eu, romega ! sensa auçar la vòs, segur, sensa esclat, mai romega : « lo monde d’avuei escriu la lenga am’una sintaxi qu’es pas bòna ». Se reconeisse que, dins una situacien monte s’entende pus l’occitan chasque jorn, es bèn malaisat per l’escrivan d’ara de ne’n gardar la qualitat, protèsta còntra la tendència a l’ipercorreccien : « n’ia que dison « suprimir » perqué se tròba dins de tèxtes de trobadors, alòr que s’entendié que « suprimar » despuei de siècles ! » Deplora aqueu biais de faire. Mai d’un autre las, lei neologismes leis a pas en òdi, « dau moment que correspondon au gèni de la lenga : « petarèla » (mobylette) se compren subran, alòr perqué non ?! »

Il abhorre l’hypercorrection mais reste bienveillant pour le néologisme

L'écrivain manifeste pour l'occitan dans la vie publique à Béziers en 2007 (photo MN)
L'écrivain manifeste pour l'occitan dans la vie publique à Béziers en 2007 (photo MN)
Son òbra se pòu trobar en generau dins leis estands de l’IEO, e de « Nhòcas e bachòcas » a « La tèsi », nos tombon pas dei mans, que son biais d’escriure es agradiu, e que lei tèmas que si tròbon son dins la tèsta dei legeires.
 
E es pas acabat. Fa quauquei temps a agut lei problèmas de seis ans. L’espitau d’Avinhon l’a aculhit per quauquei mes. « Me siáu mes a legir Balzac » que nos dis. E coma aviá pron de temps, pecaire, sa tèsta a començat d’imaginar, de pensar de personagis, de situaciens, un monde. Totara es nòstre confraire Prouvènço d’Aro que n’en proficharà, estènt que publicarà en fulheton lo roman balzacian de Pèire Pessamessa… per un còp en grafia mistralenca, la soleta que laissa estampar lo jornau de Bernat Giely.
 
Eu, dins sa campanha pròche d’Ate, legís a l’ora d’ara lei trobadors dau recanton. « Aups de Lumièra  », l’associacien dau patrimòni d’Auta Provença, li a demandat d’escriure sus la literatura dau Leberon, dins l’encastre d’una enciclopedia que baileja Marc Dumas.
 
Leis uelhs dins la literatura dau passat gloriós occitan, la vòs dins la discutida de la societat d’ara en provocator, Pèire Pessemessa perseguissiá pas la glòri, èra meme una briga acostumat ai calhassagis. Se pòu meme demandar se, a Ventabren, lei laus lo metran pas a malaise.
 

Lire aussi le discours de Pèire Pessamessa

Dimanche 23 Septembre 2012
Michel Neumuller





1.Posté par DAGANY Robert le 26/09/2012 12:13
Un salut au prolifique écrivain et éditorialiste, en souvenir du temps où nous oeuvrions, chacun à notre manière, au maintien de la langue au sein de feu la radio FR3 Méditerranée, rue Ray Grassi.

2.Posté par Michel Neumuller le 26/09/2012 12:17
Nos lecteurs de moins de cinquante ans auront du mal à se souvenir que Robert Dagany animait avec Miquèla Bramerie une émission matinale hebdomadaire sur la radio sus dite, appelée "Francitance", au début des années 1980, qui donnait une large part à la langue d'Oc et tout autant à l'expression des auditeurs.

3.Posté par Jacques Meunier le 26/09/2012 21:03
Un salut à l'aubergiste de Buoux - donc très lointain, aux jours si beaux de Forcalquier (avec JY Royer) il y a désormais un bon (?) demi-siècle...

4.Posté par Diggi le 16/11/2012 21:35
Vous trouverez certains de ces ouvrages en vente sur le site de l'Espaci Occitan dels Aups (à un prix modique). N'hésitez pas à aller y faire un tour pour découvrir l'écrivain.
Trobaretz quauques de libres de Pessamessa en venda sus lo site de l'Espaci Occitan dels Aups (per un pichon pretz). Zo per lo descurbir!

www.espaci-occitan.com.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.