Aquò d'Aqui


            partager partager

A Correns le Printemps du Monde joue la pédagogie




Franck Tenaille, au premier plan, lors des débats de l'édition 2018 des Joutes Musicales (photo MN)
Franck Tenaille, au premier plan, lors des débats de l'édition 2018 des Joutes Musicales (photo MN)
« Le patrimoine immatériel est essentiel, les musiques traditionnelles en particulier, dès lors qu’on va aux sources. Mais si l’Unesco les valorise, les Etats qui signent n’en ont – au moins en France – qu’une vision muséale. »
 
C’est contre cette fossilisation de la créativité populaire des peuples que Franck Tenaille, le directeur artistique des Printemps du Monde de Correns, propose une table ronde, le 9 juin prochain, sur le thème : «  Musiques du monde, transmissions et vertus pédagogiques ».
 
Les enseignants, de conservatoire ou pas, dumistes (maitres itinérants spécialisés dans les projets musicaux scolaires), ou autres, ont un rôle essentiel pour Franck Tenaille, car ils transmettent techniques et état d’esprit.
 
Ainsi l’an passé avait-il demandé au chaman mongol Oorzas, de transmettre ses techniques de chant diphonique soufflé aux classes de la Provence Verte, qui toute l’année profitent des projets du Chantier, l’organisme organisateur des Printemps du Monde.
 
Comment utiliser ce savoir ? C’est la question, et pour essayer de l’aborder j’invite artistes et pédagogues à en parler » reprend Franck Tenaille. La tradition des musiques totémiques, vive en Languedoc y sera présente, abordée. Mais la question irriguera toutes les propositions artistiques à Correns durant ces trois jours, du 7 au 9 juin.

Ils seront bien entendu essentiellement consacrés aux musiques du monde, sur scène. Au programme, entre autres, les chanteurs occitans Claudi Marti, Miquèu Montanaro entre autres.
 
 
 

Vendredi 31 Mai 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.