La Setmana naufragée ?

L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?

Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.






            partager partager

Vrais Provençaux !...


C'est l'échange humain qui depuis la rencontre de Protis et Gyptis a modelé les Provençaux, qui sont tous autant "véritables" les uns que les autres. Encore aujourd'hui l'intégration peut passer par la langue du pays, comme nous le montre un DVD qu'édite le Cep d'Oc.



Mon père avait fui l’Allemagne nazie où, Jeune alsacien, on l’avait affecté à une usine de composants électriques avant qu’il n’ait l’âge d’endosser l’uniforme vert de gris et d’aller massacrer des Russes qui ne lui avaient rien fait. De fil en aiguille son vieux vélo le conduisit dans la montagne de Lure où il fit le maquis avant de se marier dans le pays. 

Mon grand-père maternel, lui, quitta la misère d’une bicoque andalouse à pièce unique dans un univers sableux où une fratrie de neuf enfants vivait mal de quelques chèvres broutant des buissons secs à quelques kms de la Sierra del Gato. Surtout il fuit la conscription et la guerre coloniale meurtrière que menait l’Espagne dans le massif marocain du Rif, tout comme s’il avait écouté les suppliques de la veuse Megi .
 
A cause de ces événements tragiques propres au vingtième siècle – guerres, idéologies raciales destructrices, pauvreté endémique – les miens m’ont faits Provençal. Combien d’entre vous êtes issus d’une lignée de travailleurs italiens trop nombreux pour une terre trop sèche ? Combien ont quitté l’Algérie sans l’avoir voulu ? Combien portent un nom polonais parce que les mines proposaient en Provence un travail harassant, mais qui nourrissait ?
 
Il y a de nombreuses et étranges histoires familiales provençales qui ne commencent pas sur les bords de la Durance ni sur les pentes du Garlaban. Elles sont écrites avec les baluchons portés par des va-nu-pieds venus des bas-fonds de l’Europe et d’ailleurs, qui nous ont fait « véritables Provençaux ».
 
Certains, parmi ceux qui parlent la langue d’oc en Provence, expriment leur fierté en exhibant un arbre généalogique bien de chez nous. Et puis il y a tous les autres, si nombreux, dont les rèires ont du s’intégrer, et portent haut l’occitan, qui au travail ou dans le quartier, les ont fait Provençaux, Niçois, Gavots.
 
C’est une partie de ces histoires que raconte le DVD que vient d’éditer le CEP d’OC, l’association qui fait du collectage de mémoire un tapis rouge pour tous ceux qui estiment être d’ici, d’où qu’ils viennent, et pourraient citer Cioran : « On n’habite pas un pays, on habite une langue ».
 
Dans la série « Ces provençaux et ces Niçois venus d’ailleurs » qui consacre son premier opus aux Italiens, les témoins qui racontent leur histoire en occitan disent tous que la peine commune, au travail et dans l’épreuve, comme la joie partagée, dans la fête et l’union mixte, font la Provence et ses Provençaux d’aujourd’hui. Nous.
 
La langue occitane nous a bâti Provençaux, prêts à continuer l’histoire de cette région, où de tous temps l’étranger fut accueilli, souvent très mal, avant qu’il ne soit amené à accueillir autrui…parfois tout aussi mal. Et puis, l’esprit de convivència a pris le dessus. Heureusement.
 
Nous savons donc d’expérience intime que cadenasser la porte d’entrée de la Provence, et à l’intérieur considérer l’autre comme un étranger, n’est au fond qu’une regrettable perte de temps. Nous savons que faciliter amicalement son intégration est une occasion de richesse.
 
Soyons riches !

Mardi 26 Novembre 2013
Michel Neumuller





1.Posté par BERTERO Alban le 28/11/2013 09:36
Coma as reson, Michèu ! De mei doas grands que joinetas venguèron viure, si maridar e morir a Marselha, una nos parlava que sicilian — aqueu sicilian qu'èra tanben la lenga de la diaspora americana o bèlja e que parlava amorosament ma maire — l'autra parlava napolitan, provençau, e francès. Un provençau que parlava d'escondons e solament 'mé sa sòrre. L'autre grand, que siguèt escrachat sot lei bombas americanas en 1944, veniá de son Piemont natau. E ieu, qu'aprenguèri aqueu provençau que m'escondián dins lei libres, ai fach (se m'engani pas) lo premier lexic provençau de l'eraudica.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Le Québec et ses enjeux linguistiques et sociaux
Dison que...

En finala Beart espòutisse Charpin

Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...

En finala Beart espòutisse Charpin
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.