Aquò d'Aqui


            partager partager

Vòstra revista a la mediatèca ? Fòrça facile que basta de demandar


Demandez à votre médiathèque locale de s'abonner à Aquò d'Aquí, c'est un geste simple mais à la portée importante. Et c'est efficace. Marche à suivre ci-dessous.



Volètz ajudar vòstra revista d'un biais eficaç ?

Fòrça facile e a 90% encaparatz : basta de demandar a vòstra mediatèca de s'i abonar.

Pron de va faire amé la bilheta que prepausa, o en linha de còp que l'i a. Ne'n vaquí un exemple, aqueu d'Ais.

Mai de segur es a la vòstra que fau demandar...

Ja quauquei abonats d'Aquò d'Aquí l'an fach, d'unei èra son iniciativa, per d'autres li avèm demandat, e siguèron sosprès que siegue tant facile. "Era pron de demandar que lo bibliotècari, simplament li auriá pas pensat solet".

Il suffit de demander ...

Vous voulez aider votre journal ? Très simple! vous êtes adhérent d'une médiathèque, il vous suffit de lui demander de s'abonner à Aquò d'Aquí, soit par le biais du livre de suggestion qu'elle met à votre disposition, soit en ligne quand elle le propose.

La plupart du temps elle acceptera. Si vous avez besoin d'argumenter, dites que notre journal parle de la société du pays, dans sa langue historique. Question d'identité. L'argument est le plus souvent reçu, simplement la médiathèque ignorait notre existence.

Il est essentiel pour la survie et le développement d'Aquò d'Aquí d'élargir notre lectorat. Il est essentiel pour la survie et le développement de notre langue, que la presse d'actualité en langue d'Oc soit proposée au plus grand nombre de lecteurs.

Merci de votre soutien.

Mercredi 27 Novembre 2019
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.