Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Une capitale pour tous




Voici donc Marseille Capitale Européenne de la Culture, pour un an.  La fête qui a réuni environ 400 000 personnes le soir de l’ouverture de cette année montre à quel point les Marseillais (et pas seulement) veulent que leur ville soit un pôle, que son image évacue les clichés à peau dure, et, nous le pensons, que leur vie quotidienne soit celle des habitants d’une vraie capitale.

 
Or la ville à l’urbanisme anarchique, à la pauvreté criante, à l’écart grandissant entre une population plutôt à l’aise et une autre de moins en moins intégrée socialement, n’est pas à  la hauteur des ambitions partagées par ces habitants.
 
Tout fait défaut : accéder à un emploi digne et relativement durable, obtenir une place en crèche, circuler… Mais durant une année certaines avanies urbaines, les plus criantes, seront cachées. Il est significatif, par exemple, qu’après vingt ans de « couvre-feu », le métro marseillais soit enfin ré-ouvert, jusqu’à une heure du matin.  Pour un an seulement. Après on verra. Cela rappelle l’ouverture hâtive, d’un unique tronçon de voie cyclable, à l’occasion de la Coupe du Monde de football, en 1998.
 
Cette ville doit être conçue pour ses habitants, pas pour augmenter le chiffre d’affaires de l’hôtellerie sur la seule année 2013.  Elle doit aussi être attractive, pas forcément pour les New Yorkais à qui un grand titre conseille l’étape marseillaise cette année, mais pour la région qui devrait graviter autour d’une grande ville provençale génératrice de développement pour tous.
 
Aujourd’hui un couvercle a été mis sur le débat : métropolisation ou pas ? On a vu manifester contre, un rassemblement de forces politiques antinomiques. Pourtant l’accord tacite entre carpe et lapin, s’expliquait par la crainte de tout changement dans l’univers des collectivités locales. Elles veulent des moyens et des compétences. Mais les partager ou les ordonner ? Le risque leur semble trop grand.
 
Or, après trente ans, les lois de décentralisation ont produit l’aménagement du territoire anarchique que nous connaissons. Le pouvoir atomisé d’urbaniser a abouti à l’étalement urbain, une des causes principales de la difficulté de circuler en Provence, et de la pollution automobile qui en résulte. Elle a éparpillé les zones d’activités, chacun voulant la sienne, qui contribuent encore à la thrombose, sans procurer à tous des emplois de proximité. Elle a plutôt accentué une démographie que plus personne ne sait accompagner.
 
Il est temps que tous ceux qui se félicitent d’être partie prenante de Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013 s’entendent aussi pour que cette fête soit prolongée durablement, par une entente autour d’une capitale-phare, capable de partager les fruits d’une croissance espérée dans une région fière de sa culture.

Mercredi 23 Janvier 2013
La rédaction




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.