La Setmana naufragée ?

L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?

Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.






            partager partager

Un pays tout artificiel ?




Je garde en ce moment, jamais trop loin de moi, le dernier livre d’André Aschiéri. Le maire de Mouans-Sartoux (06) s’y préoccupe de la disparition des terres, tant agricoles que naturelles, chez nous et au fin fond de l’Afrique. Le trait commun, c’est que dans cette pente glissante nous perdons les moyens de nous nourrir ou de nous soigner correctement. Beaucoup sont d’ores et déjà touchés, nos enfants le seront tous, à moins qu’ils ne soient très riches. Et encore !

Telle communauté des bords du fleuve Sénégal a vu venir la multinationale sans trop de crainte. Mais bientôt, l’essentiel des terres arables a été confisqué, et les végétaux propres à produire des agro-carburants ont rapidement pris de l’ampleur, protégées par des clôtures. Les quinze mille familles locales, toutes paysannes, n’ont plus que mille hectares pour se nourrir. Tout développement devient impossible, l'autosuffisance alimentaire est en danger.
 
Plus près de nous, dans l’hexagone, les terres agricoles qui chaque année disparaissent représentent la surface d’un département. Nous n’en avons jamais que 99 et une bonne partie du capital foncier est déjà bétonné ...
 
La décentralisation qui, en 1982, fut accueillie avec bienveillance par tous en France, a pourtant aussi permis aux maires de « maîtriser » leur urbanisme. On a vu qu’en fait de maîtrise, ce fut surtout le règne du n’importe quoi. Le résultat, après trente ans, c’est le mitage du territoire, à un point inimaginable. La villa est partout, les maires ne savent pas résister, et les préfets non plus. Tel maire sera peut-être demain ministre, c’est-à-dire leur patron…
 
Le résultat ? le marcheur, l’amoureux de la nature est confronté partout à l’artificiel et à la clôture. Nous sommes devenus une nation de dresseurs de barrières et de chiens de garde. les porteurs de projets collectifs eux, ne peuvent plus rien faire. Une nouvelle voie ferrée ? Un parc éolien ? Une remise en cultures ? Désolé, c’est réservé au lotissement !
 
A Mouans-Sartoux, le maire a été soutenu depuis longtemps par sa population, ce qui fait de cette commune un modèle d’économie de l’espace, mais qui ne l’empêche pas de multiplier les projets collectifs, parfois prestigieux. C’est là qu’on trouve un espace d’art contemporain dédié à la petite enfance, par exemple, et pas ailleurs.
 
Or André Aschieri propose une solution pour enrayer la disparition de nos espaces, qui pourrait aussi être une solution (partielle) aux casse-tête financier des collectivités locales. Enfin, de celles qui se montrent vertueuses.
 
Il s’agirait de taxer le changement de destination des terres, quand ce changement détruit terres agricoles et espaces naturels. Le produit de la taxe serait reversé aux collectivités qui mènent une politique de préservation et de valorisation de ces mêmes terres, en voie de raréfaction.
 
J’imagine la tête de certains maires du littoral et des affairistes immobiliers qui les soutiennent. Dans quelques communes de la Cote d’Azur, ce genre d’idées ne vous fait pas que des amis. Mais plus généralement, il nous évitera peut-être le regard lourd de reproches de nos enfants.
 
André Aschieri – Maud Lelièvre : La fin des terres (comment mangerons-nous demain ?) ed. Scrineo.

Mardi 10 Juillet 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Le Québec et ses enjeux linguistiques et sociaux
Dison que...

En finala Beart espòutisse Charpin

Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...

En finala Beart espòutisse Charpin
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.