Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Un pays tout artificiel ?




Je garde en ce moment, jamais trop loin de moi, le dernier livre d’André Aschiéri. Le maire de Mouans-Sartoux (06) s’y préoccupe de la disparition des terres, tant agricoles que naturelles, chez nous et au fin fond de l’Afrique. Le trait commun, c’est que dans cette pente glissante nous perdons les moyens de nous nourrir ou de nous soigner correctement. Beaucoup sont d’ores et déjà touchés, nos enfants le seront tous, à moins qu’ils ne soient très riches. Et encore !

Telle communauté des bords du fleuve Sénégal a vu venir la multinationale sans trop de crainte. Mais bientôt, l’essentiel des terres arables a été confisqué, et les végétaux propres à produire des agro-carburants ont rapidement pris de l’ampleur, protégées par des clôtures. Les quinze mille familles locales, toutes paysannes, n’ont plus que mille hectares pour se nourrir. Tout développement devient impossible, l'autosuffisance alimentaire est en danger.
 
Plus près de nous, dans l’hexagone, les terres agricoles qui chaque année disparaissent représentent la surface d’un département. Nous n’en avons jamais que 99 et une bonne partie du capital foncier est déjà bétonné ...
 
La décentralisation qui, en 1982, fut accueillie avec bienveillance par tous en France, a pourtant aussi permis aux maires de « maîtriser » leur urbanisme. On a vu qu’en fait de maîtrise, ce fut surtout le règne du n’importe quoi. Le résultat, après trente ans, c’est le mitage du territoire, à un point inimaginable. La villa est partout, les maires ne savent pas résister, et les préfets non plus. Tel maire sera peut-être demain ministre, c’est-à-dire leur patron…
 
Le résultat ? le marcheur, l’amoureux de la nature est confronté partout à l’artificiel et à la clôture. Nous sommes devenus une nation de dresseurs de barrières et de chiens de garde. les porteurs de projets collectifs eux, ne peuvent plus rien faire. Une nouvelle voie ferrée ? Un parc éolien ? Une remise en cultures ? Désolé, c’est réservé au lotissement !
 
A Mouans-Sartoux, le maire a été soutenu depuis longtemps par sa population, ce qui fait de cette commune un modèle d’économie de l’espace, mais qui ne l’empêche pas de multiplier les projets collectifs, parfois prestigieux. C’est là qu’on trouve un espace d’art contemporain dédié à la petite enfance, par exemple, et pas ailleurs.
 
Or André Aschieri propose une solution pour enrayer la disparition de nos espaces, qui pourrait aussi être une solution (partielle) aux casse-tête financier des collectivités locales. Enfin, de celles qui se montrent vertueuses.
 
Il s’agirait de taxer le changement de destination des terres, quand ce changement détruit terres agricoles et espaces naturels. Le produit de la taxe serait reversé aux collectivités qui mènent une politique de préservation et de valorisation de ces mêmes terres, en voie de raréfaction.
 
J’imagine la tête de certains maires du littoral et des affairistes immobiliers qui les soutiennent. Dans quelques communes de la Cote d’Azur, ce genre d’idées ne vous fait pas que des amis. Mais plus généralement, il nous évitera peut-être le regard lourd de reproches de nos enfants.
 
André Aschieri – Maud Lelièvre : La fin des terres (comment mangerons-nous demain ?) ed. Scrineo.

Mardi 10 Juillet 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.