Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Un pays tout artificiel ?




Je garde en ce moment, jamais trop loin de moi, le dernier livre d’André Aschiéri. Le maire de Mouans-Sartoux (06) s’y préoccupe de la disparition des terres, tant agricoles que naturelles, chez nous et au fin fond de l’Afrique. Le trait commun, c’est que dans cette pente glissante nous perdons les moyens de nous nourrir ou de nous soigner correctement. Beaucoup sont d’ores et déjà touchés, nos enfants le seront tous, à moins qu’ils ne soient très riches. Et encore !

Telle communauté des bords du fleuve Sénégal a vu venir la multinationale sans trop de crainte. Mais bientôt, l’essentiel des terres arables a été confisqué, et les végétaux propres à produire des agro-carburants ont rapidement pris de l’ampleur, protégées par des clôtures. Les quinze mille familles locales, toutes paysannes, n’ont plus que mille hectares pour se nourrir. Tout développement devient impossible, l'autosuffisance alimentaire est en danger.
 
Plus près de nous, dans l’hexagone, les terres agricoles qui chaque année disparaissent représentent la surface d’un département. Nous n’en avons jamais que 99 et une bonne partie du capital foncier est déjà bétonné ...
 
La décentralisation qui, en 1982, fut accueillie avec bienveillance par tous en France, a pourtant aussi permis aux maires de « maîtriser » leur urbanisme. On a vu qu’en fait de maîtrise, ce fut surtout le règne du n’importe quoi. Le résultat, après trente ans, c’est le mitage du territoire, à un point inimaginable. La villa est partout, les maires ne savent pas résister, et les préfets non plus. Tel maire sera peut-être demain ministre, c’est-à-dire leur patron…
 
Le résultat ? le marcheur, l’amoureux de la nature est confronté partout à l’artificiel et à la clôture. Nous sommes devenus une nation de dresseurs de barrières et de chiens de garde. les porteurs de projets collectifs eux, ne peuvent plus rien faire. Une nouvelle voie ferrée ? Un parc éolien ? Une remise en cultures ? Désolé, c’est réservé au lotissement !
 
A Mouans-Sartoux, le maire a été soutenu depuis longtemps par sa population, ce qui fait de cette commune un modèle d’économie de l’espace, mais qui ne l’empêche pas de multiplier les projets collectifs, parfois prestigieux. C’est là qu’on trouve un espace d’art contemporain dédié à la petite enfance, par exemple, et pas ailleurs.
 
Or André Aschieri propose une solution pour enrayer la disparition de nos espaces, qui pourrait aussi être une solution (partielle) aux casse-tête financier des collectivités locales. Enfin, de celles qui se montrent vertueuses.
 
Il s’agirait de taxer le changement de destination des terres, quand ce changement détruit terres agricoles et espaces naturels. Le produit de la taxe serait reversé aux collectivités qui mènent une politique de préservation et de valorisation de ces mêmes terres, en voie de raréfaction.
 
J’imagine la tête de certains maires du littoral et des affairistes immobiliers qui les soutiennent. Dans quelques communes de la Cote d’Azur, ce genre d’idées ne vous fait pas que des amis. Mais plus généralement, il nous évitera peut-être le regard lourd de reproches de nos enfants.
 
André Aschieri – Maud Lelièvre : La fin des terres (comment mangerons-nous demain ?) ed. Scrineo.

Mardi 10 Juillet 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.