Aquò d'Aqui


            partager partager

Roman : illusionnistes et trafic d’organes


LA SEYNE. Alain Andréoli a été éducateur, il est grand navigateur. Quoi d'étonnant qu'il signe un roman où ces particularités comptent ? Mais il en traduit une partie en occitan. Explication.



Alain Andréoli (photo MN)
Alain Andréoli (photo MN)
Alain Andréoli signe un assez court roman, dense, aux Presses du Midi. Cet ancien professionnel de l’encadrement des jeunes est un grand navigateur et sillonne la Méditerranée dont il connaît ports et mentalités.

C’est aussi un des piliers du Cercle Occitan de La Seyne, ce qui expliquera que cet enfant d’immigrés italiens consacre à la fin de « Les Illusionnistes », quelques pages et en italien et en occitan.

Les illusionnistes c’est l’histoire, de port en port, d’une enquête dramatique. Le trafic d’organes humains dont il est question mise sur la pauvreté des donneurs, et sur la richesse des receveurs.

Elle implique la maffia italienne et des réseaux politico-maffieux kosovars, mais c’est le caractère tentaculaire et transnational de l’empire du crime qui effraie dans cette histoire.

Alain Andréoli, le skipper, a placé ses protagonistes sur un voilier, rien d’étonnant à cela, il connait ce monde-là. Et la capacité de déplacement de l’esquif, de Naples en Corse et ailleurs devient une condition de la réussite de l’enquête.

 

Roman : illusionnistes et trafic d’organes
Les Illusionnistes. Alain Andréoli ed. Les Presses du Midi, 102p. 14€ ouvrage écrit en français, avec quatre pages traduites en occitan de Provence, et quatre autres en italien.

Lundi 11 Mai 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.