Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Record de visiteurs en mai pour le site d'Aquò d'Aquí


Notre site web a établi un record historique de fréquentation en mai dernier. Voilà bien le signe de votre engouement pour ce journal et pour la presse d'information en langue régionale.



Vous avez été 5608 visiteurs différents, au cours du mois de mai, à nous faire l'honneur d'un petit tour sur le site web d'Aqò d'Aquí. C'est un record absolu. Merci de votre engouement.

Nos contenus en occitan sont plus visités que par le passé, pendant que notre magazine réserve de nombreux articles à ses abonnés

Ouvert en mai 2012 le site de ce journal désormais trentenaire, devait proposer des contenus multimédias, gratuitement, au plus grand nombre. 

Le but premier était de toucher un public plus jeune.

De ce point de vue, nous pouvons être satisfaits. Si, la première année, la frange des plus de 65 ans dominait notre lectorat web, celle des moins de 24 ans ne dépassait pas les 6,5% ; mais dès la seconde année, toutes les tranches d'âge étaient représentées à égalité relative. 

Et les statistiques du site d'Aquò d'Aquí affichent une belle égalité homme-femmes...Une année 51% d'hommes, l'année d'après 51% de dames...

Vous êtes aux deux tiers habitants de Provence Alpes Cote d'Azur, Souvent vous vivez en Ile de France ou en Rhône Alpes Auvergne, puis en Occitanie. Enfin, bien des Catalans viennent lire leur langue soeur sur Aquò d'Aquí.

Pour en revenir aux chiffres de fréquentation, habituellement, chaque mois celle-ci évolue de 3 à 4000 en 2016-2017. Les 5608 de mai 2017,sans qu'il n'y ait d'article qui entraîne particulièrement le "buzz", signifie donc que vous êtes probablement plus nombreux à prendre l'habitude de visiter notre web et à y chercher des contenus en occitan.

Car cela aussi, nous pouvons le voir. Oh! ce sont toujours les articles rédigés en français et parlant des conditions faites en France à la langue d'oc qui vous attirent d'abord. Et de loin.

Mais le nombre de visites de nos contenus en provençal ou alpin progressent. Nous pouvons y voir votre intérêt pour notre langue que d'aucuns disent, ou aimeraient "morte".

Saluons au passage notre amie Naoko Sano. L'occitanophone japonaise, professeure de français chez elle, est connue de nos lecteurs. Depuis vingt ans elle fréquente régulièrement les événements de la vie occitaniste, et publie tout aussi régulièrement. Son portrait, en occitan, réalisé début 2013, est tout en haut du podium de vos préférences, avec près de 10 000 visiteurs. Il est le second en termes de fréquentation.

Pendant qu'Aquò d'Aquí prenait son envol au web, c'est le magasine historique qui, lui, soufrait. Baisse brutale de subvention régionale, et lente de son lectorat.

Vous y avez remédié, en 2016, en vous abonnant nombreux. Nouvelle formule, contenus différents, couleur...aujourd'hui Aquò d'Aquí joue mieux son rôle : rapprocher le public de l'envie de garder et de faire mieux vivre la langue de notre région. 

Il est essentiel que vous soyez encore plus nombreux à sauter le pas, à accepter de miser 25€ pour développer notre originalité de Provençaux, de Niçois ou de Gavots, dans le monde, parmi sept milliards d'humains.

Nous vous attendons, sur le web et chaque mois sur vingt-quatre pages que vous n'aurez pas envie de jeter.

Mercredi 7 Juin 2017
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.