Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

Quota de Chanson « française »


La chanson française, les majors de la radio n’en veulent pas. Le régionalisme lui devrait apprécier. Allez, on s’explique.



Il n’est pas fréquent qu’ici on tresse des lauriers aux ministres parisiens. Nous l’avons fait pour Aurélie Fillipetti, à cause de la pédagogie fine qu’elle fit, en son temps ministériel, en faveur de la signature par la France de la Charte Européenne des Langues Minoritaires.
 
Et conséquemment, nous avons vu arriver avec une certaine anxiété Fleur Pellerin à son poste.

Les radios privées contestent l'obligation de diffuser du français ? qu'ils nous fassent donc entendre de l'occitan et du basque

Ces jours-ci, cette dernière nous rassure un peu car elle est  taclée par les radios commerciales qui imaginent faire moins d’audience, moins d’argent, si elles se trouvent obligées par le CSA à diffuser effectivement 40% de chanson « d’expression française ».
 
La Loi en parle depuis 1994, en même temps qu’elle consacrait le français comme unique langue de la République.
 
Bon, entre nous, qu’on nous bassine en anglais ou en français, hein ! bon ! quand on milite pour l’occitan dans les oreilles, on se dit que, de toute façon, s’il y a de la qualité, la chanson peut bien être interprétée en mandarin ou en quechua…
 
Mais il faut s’attacher à la signification de la « chanson d’expression française » telle que la définit le CSA. Et ça change bien des choses.
 
La convention par laquelle les radios, aujourd’hui rebelles, s’engagent, précise ce qu’il en est.
 
« Par chanson d’expression française, on entend toute œuvre comportant un texte interprété ou récité majoritairement en français ou dans une langue régionale française. »
 
Bon, voilà qui change bien les choses. Ah ! entendre du breton, de l’occitan et de l’alsacien sur Chérie FM, Radio Monte Carlo ou Sud Radio…Ou Radio France Bleue, voici qui enchanterait plus d’une paire d’oreilles branchée sur un cerveau non disponible pour une certaine marque de sodas…
 
Donc, Merci d’avoir fait votre job, madame la ministre. Et, svp, messieurs de la radio-caisse-enregistreuse, soyez assez aimables pour vous conformer à la Loi, et conséquemment, pour complaire à tous ces auditeurs que, jusqu’à présent, vous excluez pour cause de chiffre d’affaires.
 
Et, tiens ! Faites preuve d’optimisme. Vous n’aviez pas encore exploré les possibilités que vous offrent les Liza, les Sam Karpienia, les Massilia Sound System, les Gaël Hemery, les…Vous inquiétez pas pour la diversité. L’éventail peut être largement ouvert, il y a du monde !
 
Qui sait si vous ne feriez pas votre beurre demain avec ces noms-là ? Ils en feraient une drôle de tête, c’est sûr. Mais on en rit déjà sous cape, et c’est tout le bien qu’on leur souhaite, et qu’on se souhaite…

Mardi 29 Septembre 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.