Aquò d'Aqui


            partager partager

"Prouvènço es un umanisme" : crido contro la discriminacien

La cultura provençala refusa lo replegament e sotalinha sa valor de convivéncia


Un nouvel appel à faire barrage au Rassemblement National lors des élections régionales en Provence Alpes Cote d'Azur. Signé par de nombreux citoyens provençaux engagés dans la culture régionale, il est décliné par ses acteurs en provençal, dans les deux graphies de la langue régionale, et en français. Les déclarations du candidat Mariani opposant traditions locales et solidarités envers les migrants en mer ont paru de la plus grande indécence aux signataires.



En lengo nostre

Les artistes Rodin Kaufmann et Miquèu Montanaro, la chercheuse du CNRS Anne Congès ( photo MN)
Les artistes Rodin Kaufmann et Miquèu Montanaro, la chercheuse du CNRS Anne Congès ( photo MN)

Lou 3 de jun de 2021 sus France Info, lou candidat RN eis eleicien regiounalo, Thierry Mariani declaravo « je préfère aider un groupe qui s’occupe de perpétuer les traditions provençales que SOS Méditerranée ». Pas soulamen que s’auto-disié baile deis assouciacien prouvençalo, emai lei metié en oupousicien à v’uno assouciacien umanitàri que sa toco remirablo es de recampa lei malurous bandi sus lei draio de la mar pèr fin de lei faire veni à port. Coumo si pourrié èstre estouna quouro aquelo memo persouno counfessavo dins uno entre-visto dounado au magasine l’Express dau 08/06/2021 que fasié couleicien deis obro de Louis-Ferdinand Céline que, va ramentan, retrasié sei « coumpatrioto » miejournau dau biais seguènt :
 

« Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié » (Louis-Ferdinand Céline, novembre 1942)
 

Nautre, assouciacien, ciéutadan, personalita envesti pèr avaloura la culturo prouvençalo, arrefusan aquéu mesclun à proun peno escoundu que vourrié fa acrèire que l’aparamen d’uno lengo e d’uno culturo regiounalo si bastisse en si replegan en si meme e en s’oupousant en touto meno de soulidarita internaciounalo. Queto ourganisacien umanitàri leis aurié acampa aquelei Félibres dégénérés, que soumiavo Céline de lei traire de tras lou bord, s’aquéstou candidat avié agu quauquei responsabilita de soun tèms ? De quet umanisme si reclamo dounc aquéstou candida que semblo proun pauc assabenta d’eiçò que pretèn apara ? De que n’es de soun engajamen councrèt per farga de nouvèu loucutour de prouvençau ?
 

La culturo provençalo, ramèu d’uno civilisacien óucitano espandissènt soun istòri quasi sus d’un milenàri es elo un umanisme. Es la famouso counvivènço dei troubadour, la desiranço de viéure ensèn dins un esperit de dubèrturo de la culturo d'Oc uei esperlounga pèr de groupo coumo Massilia Sound System. Aquesto culturo e aquesto lengo qu’apartenon en toutei aquelei que vivon dins nosto regien, de mounte que vèngon, arrefusan de lei vèire istrumentalisado sus un terradou de naciounalisme pouscous e dins uno amiro d’òdi e de bandisoun. A n’aquesto ouro que lou Consèu Counstituciounau censuro nostei dre lingüisti, si levan pèr la dignita de parla coumo va voulèn e pèr uno Provènço que sa culturo milenàri es d’un biais pregoun uno culturo d’imigra. Prouvènço es un umanisme e degun, personne, a lou dre de si l’apoudera per ne faire un istrumen de discriminacien.


En lenga nòstra

Le linguiste José Delofeu, l'ex présidente de l'IEO  Anne-Marie Poggio et le président de l'Institut d'Estudis Fédéral Pèire Brechet (photo MN)
Le linguiste José Delofeu, l'ex présidente de l'IEO Anne-Marie Poggio et le président de l'Institut d'Estudis Fédéral Pèire Brechet (photo MN)

Lo 3 de junh de 2021 sus France Info, lo candidat RN ais eleccions regionalas, Thierry Mariani declarava « je préfère aider un groupe qui s’occupe de perpétuer les traditions provençales que SOS Méditerranée ». Pas solament que s’autò-disiá baile deis associacions provençalas, emai lei metiá en oposicion a una associacion umanitària que sa tòca remirabla es de recampar lei malurós bandits sus lei dralhas de la mar per fin de lei faire venir a pòrt. Coma si poiriá èstre estonat quora aquela mema persona confessava dins una entre-vista donada au magazine l’Express dau 08/06/2021 que fasiá colleccion deis òbras de Louis-Ferdinand Céline que, va ramentam, retrasiá sei « compatriòtas » miejornaus dau biais seguent :
 

« Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié » (Louis-Ferdinand Céline, novembre 1942)
 

Nautres, associacions, ciutadans, personalitats investits per avalorar la cultura provençala arrefusam aqueu mesclum a pron pena escondut que vourriá fa acrèire que l’aparament d’una lenga e d’una cultura regionala si bastisse en si replegant en si meme e en s’oposant en tota mena de solidaritat internacionala. Queta organizacion umanitària leis auriá acampats aquelei Félibres dégénérés, que somiava Céline de lei traire detràs lo bòrd, s’aquesto candidat aviá agut quauquei responsabilitat de son temps ? De quet umanisme si reclama donc aquesto candidat que sembla pron pauc assabentat d’aiçò que preten aparar ? De que n’es de son engajament concret per fargar de novèus locutors de provençau ?
 

La cultura provençala, ramèu d’una civilizacion occitana espandissent son istòria quasi sus d’un milenari es ela un umanisme. Es la famosa convivéncia dei trobadors, la desirança de viure ensems dins un esperit de debertura de la cultura d'Òc uei esperlongat per de grops coma Massilia Sound System. Aquesta cultura e aquesta lenga qu’apartenon en totei aquelei que vivon dins nòstra region, de monte que vengan, arrefusam de lei veire instrumentalizadas sus un terrador de nacionalisme poscós e dins una amira d’òdi e de bandison. A n’aquesta ora que lo Conseu Constitucionau censura nòstrei drechs lingüistics, si levam per la dignitat de parlar coma va volem e per una Provènça que sa cultura milenària es d’un biais pregon una cultura d’imigrats. Provènça es un umanisme e degun, personne, a lo drech de si l’apoderar per ne faire un instrument de discriminacion.

 


... E en francés

L'Anthropologue du langage Jaume Costa, l'artiste Guylaine Renaud, l'écrivaine Magali Bizot-Dargent (photo MN)
L'Anthropologue du langage Jaume Costa, l'artiste Guylaine Renaud, l'écrivaine Magali Bizot-Dargent (photo MN)

Le 3 juin dernier sur France Info, le candidat RN aux élections régionales Thierry Mariani déclarait : « je préfère aider un groupe qui s’occupe de perpétuer les traditions provençales que SOS Méditerranée ». Il opposait ainsi les associations provençales à une association humanitaire dont le travail remarquable consiste à récupérer les malheureux jetés sur les routes maritimes pour les amener à bon port. Comment être surpris quand la même personne avouait dans une interview donnée au magazine L’Express le 08/06/2011 collectionner avec gourmandise les œuvres originales de Louis-Ferdinand Céline qui, rappelons-nous, décrivait ses « compatriotes » méridionaux de la façon suivante :

« Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié » (novembre 1942).

 

Nous, associations, citoyens, personnalités engagées pour la valorisation de la culture provençale, refusons cet amalgame à peine sous-entendu qui voudrait faire croire que la promotion d'une langue et d'une culture régionales se construit dans le repli sur soi et en opposition à toute forme de solidarité internationale. Quelle organisation humanitaire aurait pu récupérer les Félibres dégénérés que Céline rêvait de jeter par-dessus bord si ce candidat avait eu quelque responsabilité à son époque ? De quel humanisme se réclame donc ce candidat visiblement si peu instruit de ce qu’il prétend défendre ? Qu’en est-il de son engagement concret pour la création de nouveaux locuteurs de provençal ?

La culture provençale, rameau d'une civilisation occitane étendant son histoire sur près d'un millénaire est, elle, un humanisme. C'est la fameuse convivéncia des troubadours, un désir de vivre ensemble dans un esprit d'ouverture de la culture d’Oc que perpétuent aujourd'hui des groupes comme Massilia Sound System. Cette culture et cette langue qui appartiennent à toutes celles et ceux qui vivent dans notre région, d’où qu’ils viennent, nous refusons de les voir instrumentalisées sur un terreau de nationalisme français poussiéreux et dans une optique de haine et de rejet de l’autre. À l’heure où le Conseil constitutionnel censure une partie de nos droits linguistiques, nous nous levons pour la dignité de parler comme nous l'entendons et pour une Provence dont la culture millénaire est profondément une culture d’immigrés. La Provence est un humanisme et personne, dégun, n’a le droit de se l’approprier pour en faire un instrument de discrimination.

 


Les signataires au 17 juin 2021

Le musicologue André Gabriel, la poétesse Estelle Ceccarini, l'artiste Arnaud Fromont (photo MN)
Le musicologue André Gabriel, la poétesse Estelle Ceccarini, l'artiste Arnaud Fromont (photo MN)

 

Bruno Allary, musicien / compositeur ; Sylvie Aniorte Paz, chanteuse et compositrice ; Emmanuelle Aymès, chanteuse et musicienne ; Alain Barthelemy-Vigouroux, ancien chargé de mission académique (Aix-Marseille) pour l’enseignement de la langue ; Magalí Bizot-Dargent, écrivain occitan ; Jacques Bonnadier, journaliste ; Christian Bosq, conseiller municipal à la mairie de Marseille délégué à la culture provençale ; Pierre Bréchet, enseignant, président de l’Institut d’Études Occitanes ; Jan-Mari Carlotti, chanteur et musicien ; Matieu Casanova, président de l’Ostau dau País marselhés ; Mathieu Castel, ancien président de l’Ostau dau País marselhés ; Estelle Ceccarini, romaniste, Aix-Marseille Université ; Anne Congès, chargée de recherche honoraire au CNRS ; Gaëtan Congès, conservateur honoraire du Patrimoine ; Jean Contrucci, écrivain ; James Costa, sociolinguiste, Université Paris Sorbonne Nouvelle ; Robert Dagany, écrivain ; Alessi Dell’Umbria, auteur et réalisateur ; Emmanuel Desiles, enseignant de provençal, Aix-Marseille Université ; José Deulofeu, linguiste, professeur émérite, Aix-Marseille Université ; Valérie Feschet, anthropologue, Aix-Marseille Université ; Philippe Franceschi, directeur d’ensemble vocal ; Arnaud Fromont, musicien et chanteur d’expression occitane ; André Gabriel, concertiste et Majoral du Félibrige ; Médéric Gasquet-Cyrus, sociolinguiste, Aix-Marseille Université ; Gigi de Nissa, auteur, compositeur, interprète, créateur du Carnaval indépendant Niçois ; Maurice Gouiran, écrivain ; Marie-José Justamond, présidente fondatrice Les Suds à Arles ; Sam Karpienia, auteur, compositeur, musicien et interprète ; Rodin Kaufmann, musicien et plasticien ; Jean Kéhayan, journaliste et essayiste ; Nina Kéhayan, écrivain et traductrice ; Stéphane Krasniew, directeur Les Suds à Arles ; Sarah Laurent-Zurawczak, professor d'occitan lenga d'oc provençau ; Liza l’Occitane, chanteuse et journaliste ; Manivette Records, maison de production et de diffusion musicale ; Henri Maquet, musicien, musicologue, compositeur ; Philippe Martel, historien ; Olivier Martin ; Massilia Sound System ; Didier Maurell, professeur agrégé des langues de France ; Miquèu Montanaro, auteur-compositeur ; Misé Babilha, chœur de femmes ; Mont-Jòia, chants et musiques de Provence ; Moussu T e lei Jovènts ; André Neyton, auteur-metteur en scène ; Nux Vomica, groupe d’artistes, Nice ; Martin Paul ; Marie-Noëlle Pieracci, enseignante de provençal, IEO ; Anne-Marie Poggio, ancienne directrice du CREO ; Radio Babel Marseille, groupe vocal et beatbox ; Guylaine Renaud, femme-troubadour, ethnoartiste ; Olivier Rey, acteur culturel ; Christina Rosmini, chanteuse, comédienne, danseuse, musicienne, auteure ; Manu Théron, directeur de la Compagnie du Lamparo ; Claude Tomasi-Solis, auteur et agent artistique ; Cécile Van den Avenne, sociolinguiste, Université Sorbonne Nouvelle ; Zine, artiste niçoise.

 

 

 


Lire aussi  Un appel à voter contre le RN

Retrouvez cet appel ce vendredi dans le quotidien La Marseillaise

Jeudi 17 Juin 2021
Michel Neumuller





1.Posté par Crestian JULIA (Mato) le 18/06/2021 09:58
Voli adure mon sosten an’aquela brava chorma despuei l’iscla de la Reunion monte demori

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


En novembre Aquò d’Aquí fait son cinéma
Dison que...

Aqueu Var ounte “es mort lou prouvençau”

Mais oui monsieur le Recteur, le provençal est bel et bien enseigné dans le Var. D’ailleurs nous allons vous dire où...

Li grand founciounàri deurien bèn se faire acoumpagna per èstre segur de pas dire publicamen de contro-verita. Coumo per eisèmple afierma que dins Var lou prouvençau es mort, à l’escolo.

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.