Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

L’édit de Villers-Cotterêts ressuscité pour faire taire le catalan dans les communes


MONTPELLIER/ELNE/PORT-VENDRES/TARERACH/BANYS. Le représentant de l'Etat a déployé six siècles de textes pour dénier le droit des conseillers municipaux catalans de s'exprimer dans leur langue lors des actes publics de leurs communes.



Les maires catalans au Tribunal Administratif (photo militant présent DR)
Les maires catalans au Tribunal Administratif (photo militant présent DR)
Elne, Port-Vendres, Tarerach et Els Banys : quatre communes « linguistiquement rebelles » parce que leurs conseillers municipaux veulent pouvoir délibérer en catalan, étaient citées au Tribunal Administratif de Montpellier, mardi 18 avril, par le préfet des Pyrénées Orientales.

L’État faisait entendre que depuis l’Edit de Villers-Cotterêts (1539… une jurisprudence royale qui traverse la République française semble t’il) jusqu’à la loi Toubon de 1994 ( qui pourtant affirme ne pas concerner les langues régionales) la primauté du français dans les actes publics doit être comprise comme en fait exclusive.

Les avocats des quatre Communes, eux, ont démonté ces arguments : L’Edit de 1539 n’engage nullement la République, l’article 2 de la Constitution du Peuple Français affirme bien que le français est La langue de la République, mais n’exclut pas les autres et se voit complété par l’article 75.1 qui affirme que celles-ci sont notre patrimoine commun, la loi Toubon elle-même ne concerne pas les langues de France, et cette acception a été confirmée par la Loi Molac de mai 2021, etc.

Les défenseurs des langues autochtones en France sont hélas habitués à voir toutes les juridictions myopes sur ce plan, ne voulant pas voir ni l’intention du législateur ni les textes eux mêmes dans leur finesse… nous sommes là en présence d’une position idéologique qui se cache mal derrière un argumentaire juridique.

Le jugement sera rendu d’ici trois mois, il y a fort à parier qu’il sera suivi d’appels et, comme nous l’affirmait la semaine passée Pere Manzanares, l’adjoint au maire d’Elne Nicola Garcia i Benaiges, un recours près la Cour Européenne de Justice dira sans doute le dernier mot dans quelques années.

En attendant, place aux militants qui souhaitent que nos langues de l’hexagone entrent dans les faits dans la vie du pays. Ils étaient une bonne cinquantaine avec banderoles devant le Tribunal Administratif. En attendant de faire vivre cette nouvelle lutte au long cours.

Ils commencent à avoir l’habitude après la longue bataille pour faire adopter la Loi dite Loi Molac.

 

Soutiens à l'extérieur du Tribunal Administratif (photo Anne-Marie Ribot DR)
Soutiens à l'extérieur du Tribunal Administratif (photo Anne-Marie Ribot DR)

Vendredi 21 Avril 2023
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí prolonge l'été

Notre numéro de septembre-octobre arrive. Abonnez-vous vite !

Tant qu'il est là, vous disposez d'un média public et votre langue n'est pas morte...
Notre numéro 355 sera chez ses abonnés dans une petite semaine au plus. Vous y trouverez des enquêtes et reportages, entretiens et chroniques, dont 70% en occitan de diverses variétés et un glossaire pour aider celles et ceux qui apprennent ou récupèrent leur langue !

20/09/2023

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.