Aquò d'Aqui


            partager partager

Per Manuel Valls, l’independéncia de la Catalonha seriá pas « sens greveis consequéncias »


MADRID. Le premier ministre français, bien que Catalan d'origine né à Barcelone, n'est pas partisan des tentatives catalanes d'autodétermination. Pour lui, elles sont une manifestation nationaliste hors des valeurs de l'Union Européenne.



Photo XDR
Photo XDR

« Se quauqu’un crèi qu’es possible de se traire d’un país de l’Union Europenca, sensa qu’aquò provòque de grèvei consequéncias politicas e economicas, ni que ren se debane, s’engana lordament ».

 

En visita a Madrid au començament d’avost, Manuel Valls aviá declarat aquò au destapat d’un rescòntre amé lo president dau govèrn espanhòu, Mariano Rajoy.

 

Lo premier ministre francés, d’origina catalana d’Espanha, n’aviá pasmens jutjat que l’UE es « un projècte istoric que pòu rompre la creissença dau populisme e dau nacionalisme ». S’agisse segur de saupre de quau nacionalisme parla l’Euròpa : aqueu deis Estats, o dei nacionalitats.

 

Un referendom, considerat par leis autoritats espanhòlas coma illegau, deu permetre ai Catalans de s’exprimir sus l’autodeterminacion lo dimenge 9 de novembre venent.

 

Aqueu portariá sus doás questions : « Es que volètz que Catalonha vengue un Estat ? », puei, se la responsa es majoritariament afirmativa, la segonda seriá : « es que volètz qu’aquel Estat siegue independent ? ».

 


Lundi 18 Août 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.