Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Penuria d’aiga : « aquò va ben, mai faudriá pas dos estius secs a-de-rèng »


L'eau n'a pas manqué en Provence, durant l'été le plus sec depuis le début des années 80, et l'augmentation de la population et de ses usages. Le système prévisionnel a toutefois ses limites.



Un maillage d'ouvrages de rétention et un système prévisionnel éviteraient en Provence les conséquences d'une sécheresse, mais pas de deux (photo MN)
Un maillage d'ouvrages de rétention et un système prévisionnel éviteraient en Provence les conséquences d'une sécheresse, mais pas de deux (photo MN)
Un estiu sensa plueja, e pasmens sensa copadura d’aiga au robinet. Totei o quasi an poscut aigar son òrt o son jardin. Levat lei restricciens demandadas per lo prefèct dau Var, per quauquei comunas « Èra pas la pena ! » segon l’elegit regionau de Tolon Felipe Vitel, que presida la Societat dau Canau de Provença.
 
« Es qu’avèm agut l’astre d’una prima fresca que s’es esperlongada tardier » sotalinha de son costat Maxim Tirman, lo baile de la restanca màger de Durença, a Serre-Ponçon. « Dau còp, la nèu a fondut a cha pauc, e ne’n aviam encara en julhet ».
 
Mai ce qu’èra verai de la Durença, l’èra pas tant dau Verdon, l’autra ribiera importanta de Provença. A la fin de la prima, 250 miliens de mètre cubats èron restancats dins lei obratges de Castilhon, Santa-Crotz e Bimont.  « Tres còps ce que faliá per respondre ai demandas », segon Bruno Vergobbi, lo baile de la SCP. « Era pasmens lo mai feble debit istoric d’aquela ribiera, e a la mai auta de nòstrei restancas, a Castilhon, l’i entrava pas manco dos mètres cubats per segonda l’estiu » que contèsta Maxim Tirman.

Biais de prevèire : nivèu de nèu, centre de telegestien e obratges de bastir

Bruno Vergobbi, le directeur de la Société du Canal de Provence. La gestion d'amont en aval des eaux des Alpes assure la livraison d'eau depuis soixante ans à la Provence littorale, urbaine, et peuplée (photo MN)
Bruno Vergobbi, le directeur de la Société du Canal de Provence. La gestion d'amont en aval des eaux des Alpes assure la livraison d'eau depuis soixante ans à la Provence littorale, urbaine, et peuplée (photo MN)
Adonc un bilanç contrastat. Mai, tabic tabòc , la Provença aurà pas patit de la set. « 40% dei Provençaus bevon l’aiga dau Canau de Provença » rementa Felipe Vitel per ne’n dire l’importància. « E totei lei Sestians per exemple » ; alòr que, dins Var, aquela aiga, per l’ora, es de complement. Deman l’aiga de Verdon l’i arribarà mai, amé d’agençaments de contunha, e un canau que destaparà a Santa-Maxima dins quauqueis annadas.
 
Mai es lo biais de prevèire que leis actors avançan per explicar lei resons d’un estiu sensa plueja e pasmens sensa set nimai sensa empacha per l’agricultura. Au Canau de Provença, un centre de telegestien ditz coma se debana l’ofèrta e la demanda de tot plen de praticas , de detz minutas en detz minutas. A EDF, espinchan tota l’annada lo nivèu de nèu, la temperatura, e ne’n tiran de consequéncias sus lo biais de largar mai o mens d’aiga dins lei mes cauds.
 
« Afortissèm nòstrei obratges e venèm de durbir una sèrva a Vauginas, onte 3000 mètres cubats devon assegurar l’aigatge de tèrras qu’èron rèn que de vergiers a l’adrech dau Leberon » rementa Felipe Vitel. Desenant s’i farà tanben de blat o de lieumes sus tres cent cinquanta ectaras. E es qu’una partida d’un malhum d’obratges que la SCP es en trin de malhar dins la Vauclusa.

L'ànsia es de patir de mai que d'una annada de secaressa

Le lac artificiel EDF de Serre-Ponçon doit permettre à la fois la production d'électricité, les activités nautiques locales, et l'irrigation des terres agricoles en aval (photo EDF/DR)
Le lac artificiel EDF de Serre-Ponçon doit permettre à la fois la production d'électricité, les activités nautiques locales, et l'irrigation des terres agricoles en aval (photo EDF/DR)
Se parla, ara, d’aigar lei vinhas dins Var. « Mai au gota a gota, que la societat pratica deja l’aigatge sostenible » insista Bruno Vergobbi.
 
Amé EDF es diferent. La tòca de la societat es pas de provesir l’agricultura, mai un contract de 1959 resèrva au Ministèri de l’Agricultura 200 miliens de mètras cubats de la resèrva de Serre-Ponçon, que devon aigar lei tèrras de Provença. « Aqueu volume reservat fai uech mètres d’ auçada ; dau laus de Serre-Ponçon, onte avèm d’autreis obligaciens per lo torisme locau » explica Maxim Tirman. « Mai aquest estiu avèm pas agut besonh de renegociar amé lei chambras d’agricultura, bòrd que l’aiga mancava pas », que bofa, aleutjat.
 
Mai totei se demandan se, am’un autre estiu de secaressa, podrián cantar la muma cançon. La SCP vòu vendre son aiga ai comunas varesas onte la populacien decupla d’estiu, e ais esplechas viticòlas totjorn que mai. Maugrat l’arribada massiva d’energias renovelablas en Provença, premier dins la Vau de Durença, Maxim Tirman nos l’afierma, aquò aurà ges de consequéncia sus la gestien de l’aiga d’aquela ribiera : « Lo solèu es capriciós, e sabèm pas se reservar pron d’electricitat per la relargar quand la demanda s’enaussa. Leis restancas, elei, pòdon èstre mobilisadas en detz minutas per aquò. Juegan pas parier e ne’n aurem totjorn de besonh ! ».
 
E totei de pregar per que la secaressa arribe pas mai en 2017. « L’ ànsia es d’aver d’annadas de secaressa a-de-rèng  » que dison totei d’un biais o d’un autre.

Mardi 11 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.