Aquò d'Aqui


            partager partager

Parlaren Gardano que vòu charra pèr carriero

Cours de provençal tous les mardis après-midi à Gardanne




GARDANNE. L’Association Parlaren organise un cours de provençal depuis des décennies à Gardanne, en pays minier. « Il s’agit surtout de favoriser la conversation » précise l’organisateur Robert Long.



Avant tout il s'agit de parler . "ça doit aider à la conversation en provençal dans la rue, sur le marché" souligne Robert Long (photo MN)
Avant tout il s'agit de parler . "ça doit aider à la conversation en provençal dans la rue, sur le marché" souligne Robert Long (photo MN)
I’a pas d’age per aprene la lengo. E mai que d’un cop, entendèn acò : « quand serai à la retirado, m’en óucuparai ! » E èro bèn la toco de Jaquelino.

Elo fuguè mestresso d’escolo à Gardano, qu’es pamens nascudo Auvergnato, « d’un paire Catalan. E justamen, es uno fes que sian ana à  Barcilouno, que per iéu fuguè un espantamen de i’entendre parla uno lengo que sabiéu pas ! »

Pèr Jaquelino èro uno presso de counsciènci de la diversita…
 
Em’elo vaqui uno bravo colo qu’óucupo dos salo à l’Oustau dóu Pople de Gardano chasque dimars. L’assouciacioun Parlaren ié beilejo tóuti li semano un cous de prouvençau ounte se retrobon uno pichouno vinteno d’escoulan, que la majo part soun retira.
 
« Es pas tant un cous qu’un ataié de counversacioun, bord que ce que voulèn d’en premié es que lou mounde posque ana pèr carriero e ié charra » soutoligno bèn Roubert Long.  « E arribo, pèr eisèmple au marcat, ounte es encaro poussible de trouba de fierejaire de Seloun o d’autro-part que parlon »
 
Baile de Parlaren à Gardano, Roubert Long perseguis aro l’obro qu’avié endraia tre 1979 – l’annado de creacioun dóu mouvamen Parlaren – Marius Deleuil, un quincaié, aro retira, que pas grand mounde lou counèis pas à Gardano.

Plutôt un atelier de conversation pour favoriser la pratique

Cours tous les mardis après-midi (photo MN)
Cours tous les mardis après-midi (photo MN)
Parlaren avié creba l’iòu pèr faire avança sus lou terren la causo dóu prouvençau ; èro segur lougi  d’afavourisa sa pratico.

« Nous arribo segur de nous acampa pèr charra à l’oustau de l’un o de l’autre » qu’ajusto Mirèio, ensignairis coumo Jaquelino, qu’avié entendu si gènt parla à l’oustau, pichouno. Aro qu’a tout soun tèms, vòu manteni lou liame entre passa familiau e presènt culturau.

Roubert, éu, avié l’envejo de parla, mai ié mancavon lis escasenço. « Un jour que siéu ana au magasin de Marius Deleuil pèr ié croumpa de clavèu, avèn charra, e de fiéu en courduro n’en sian vengu à-n-aquéu cous, que m’a finalamen demanda de persegui… »
 
E, pèr mai que d’un, aquéli cous de counversacioun, que se debanon sus dous nivèu de coumpetènci,  soun l’escasenço peréu de fa clanti la lengo sus lou pountin.

Es lou cas emé Marithé, afougado de tiatre, que venié tout bèu just de jouga à Fuvèu pèr lou Festivau de tiatre en prouvençau.
 
Elo nous es vengudo de Saint-Etienne , ounte segur parlavo pas la lengo. Es un cop à Gardano que l’a atrivado. « Siéu afougado de la vido culturalo » que nous dis, « e aquelo se debano tambèn en prouvençau ! »

Cous tóuti li dimars à l’Oustau dóu Pople à tres ouro dóu tantost.
Article rédigé en provençal rhodanien et en graphie mistralienne, avec les suggestions lexicales d'Alain Barthélemy.

Jeudi 1 Janvier 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.