Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Parlaren Gardano que vòu charra pèr carriero

Cours de provençal tous les mardis après-midi à Gardanne




GARDANNE. L’Association Parlaren organise un cours de provençal depuis des décennies à Gardanne, en pays minier. « Il s’agit surtout de favoriser la conversation » précise l’organisateur Robert Long.



Avant tout il s'agit de parler . "ça doit aider à la conversation en provençal dans la rue, sur le marché" souligne Robert Long (photo MN)
Avant tout il s'agit de parler . "ça doit aider à la conversation en provençal dans la rue, sur le marché" souligne Robert Long (photo MN)
I’a pas d’age per aprene la lengo. E mai que d’un cop, entendèn acò : « quand serai à la retirado, m’en óucuparai ! » E èro bèn la toco de Jaquelino.

Elo fuguè mestresso d’escolo à Gardano, qu’es pamens nascudo Auvergnato, « d’un paire Catalan. E justamen, es uno fes que sian ana à  Barcilouno, que per iéu fuguè un espantamen de i’entendre parla uno lengo que sabiéu pas ! »

Pèr Jaquelino èro uno presso de counsciènci de la diversita…
 
Em’elo vaqui uno bravo colo qu’óucupo dos salo à l’Oustau dóu Pople de Gardano chasque dimars. L’assouciacioun Parlaren ié beilejo tóuti li semano un cous de prouvençau ounte se retrobon uno pichouno vinteno d’escoulan, que la majo part soun retira.
 
« Es pas tant un cous qu’un ataié de counversacioun, bord que ce que voulèn d’en premié es que lou mounde posque ana pèr carriero e ié charra » soutoligno bèn Roubert Long.  « E arribo, pèr eisèmple au marcat, ounte es encaro poussible de trouba de fierejaire de Seloun o d’autro-part que parlon »
 
Baile de Parlaren à Gardano, Roubert Long perseguis aro l’obro qu’avié endraia tre 1979 – l’annado de creacioun dóu mouvamen Parlaren – Marius Deleuil, un quincaié, aro retira, que pas grand mounde lou counèis pas à Gardano.

Plutôt un atelier de conversation pour favoriser la pratique

Cours tous les mardis après-midi (photo MN)
Cours tous les mardis après-midi (photo MN)
Parlaren avié creba l’iòu pèr faire avança sus lou terren la causo dóu prouvençau ; èro segur lougi  d’afavourisa sa pratico.

« Nous arribo segur de nous acampa pèr charra à l’oustau de l’un o de l’autre » qu’ajusto Mirèio, ensignairis coumo Jaquelino, qu’avié entendu si gènt parla à l’oustau, pichouno. Aro qu’a tout soun tèms, vòu manteni lou liame entre passa familiau e presènt culturau.

Roubert, éu, avié l’envejo de parla, mai ié mancavon lis escasenço. « Un jour que siéu ana au magasin de Marius Deleuil pèr ié croumpa de clavèu, avèn charra, e de fiéu en courduro n’en sian vengu à-n-aquéu cous, que m’a finalamen demanda de persegui… »
 
E, pèr mai que d’un, aquéli cous de counversacioun, que se debanon sus dous nivèu de coumpetènci,  soun l’escasenço peréu de fa clanti la lengo sus lou pountin.

Es lou cas emé Marithé, afougado de tiatre, que venié tout bèu just de jouga à Fuvèu pèr lou Festivau de tiatre en prouvençau.
 
Elo nous es vengudo de Saint-Etienne , ounte segur parlavo pas la lengo. Es un cop à Gardano que l’a atrivado. « Siéu afougado de la vido culturalo » que nous dis, « e aquelo se debano tambèn en prouvençau ! »

Cous tóuti li dimars à l’Oustau dóu Pople à tres ouro dóu tantost.
Article rédigé en provençal rhodanien et en graphie mistralienne, avec les suggestions lexicales d'Alain Barthélemy.

Jeudi 1 Janvier 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.