Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Mirèia Boya libre et sans entraves


MADRID. L'ex députée occitane d'Aran est ressortie libre du Tribunal Suprême espagnol, qui l'accusait des mêmes griefs que les quatre otages politiques catalans de l'Espagne.



Mirèia Boya au sortir du TS ce 14 février (photo TV3 DR)
Mirèia Boya au sortir du TS ce 14 février (photo TV3 DR)
Soulagement ce midi au sortir du Tribunal Suprême Espagnol, lorsque l'ex députée aranaise de la CUP MIrèia Boya est ressortie libre, après deux heures d'audition. 

Libre et sans contraintes, du type interdiction de sortie du territoire. 

Pourtant, l'animatrice occitane de la CUP (anticapitalistes) n'a rien lâché sur le fond, selon son avocat, interrogé par la presse espagnole, à la sortie du tribunal, alors que plusieurs centaines de personnes scandaient : "votarem !".

Mirèia Boya aurait, durant l'interrogatoire, réaffirmé que la déclaration d'indépendance du 27 octobre, n'était pas considérée par elle comme "cosmétique", ni "symbolique"

Ce sont pourtant les mêmes réponses qui, en novembre, avaient conduit Oriol Junqueras, le vice président (ERC) du gouvernement catalan, en prison, où il est toujours cent dix jours plus tard. 

Un signe que rester droit dans ses bottes finit par payer, pour les républicains ?

"Je ne peux pas me dire satisfaite", a cependant commenté Mirèia Boya " alors que quatre d'entre nous sont toujours en détention".

Une détention qui, pour elle, n'a rien à voir avec la Justice, mais constitue une "vengeance".

Et de souligner qu'elle était là parce qu'elle remplissait scrupuleusement le mandat du peuple. "Ce n'est pas à la justice de décider du futur de la Catalogne, car cela dépend du dialogue entre la Catalogne et l'Etat espagnol". 

Le 21 décembre dernier, les Catalans, à l'issue des élections provoquées par Madrid, ont reconduit à l'identique une majorité républicaine indépendantiste au Parlement de Catalogne.

Mercredi 14 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.