Aquò d'Aqui


            partager partager

Aran : Mirèia Boya acusada de Rebellien


ARAN-MADRID. L'ex députée occitane d'Aran est mise en examen pour "Rébellion", l'arme juridique dont abusent les juges espagnols pour emprisonner les républicains catalans.



Aran : Mirèia Boya acusada de Rebellien
Deputada CUP (anti-capitalistas) de la Vath d’Aran, lo país occitan de Catalonha, entre 2015 e fin qu’au 21 de decembre passat, Mirèia Boya s’èra implicada dins lo referendom dau premier d’octòbre passat au sieu. Coma la policia empachava la votacion a l’escòla publica, aviá convidat leis elegeires a votar dins son ostau.
 
Ne’n fau pas mai dins l’Espanha pòst-franquista, per èstre acusat de « rebellion », una acusacion que pòu vos menar en preson per trenta ans. La muma que li manten a l’ora d’ara tres deputats catalans e lo president de l’Assemblea Nacionala Catalana. La rebellion implica la violència, mai lei jutges espanhòus se’n garçan dau pacifisme dei republicans catalans.
 
Lo jutge Pablo Llarena, dau Tribunau Suprem, adonc a convocat l’ex deputada occitana per lo 14 de febrier.
 
Puei d’autrei bailèssas de la CUP seguiràn, coma la Ana Gabriel, de Lleida, mesa en examen per la muma acusacien.
 
Un manifest de sosten es a mand d’èstre publicat per aparar Mirèia Boya, l’iniciativa de « ciutadans de l’Unien Europenca ».  Lo monde pòu lo signar. Escriure a acc.culturoc@gmail.com   e en mume temps a aquodaqui@aquodaqui.info , perqué nosautres seguirem l’afaire, que farà lo subject d’un article de nòstre confraire Lo Jornalet.

Jeudi 8 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.