Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Miquèu Montanaro : artistas e tecnicians luchan pèr lei drechs sociaus de totei

Théâtres du Merlan (Marseille) et Liberté (Toulon) occupés


MARSEILLE. Nous ne parlions plus de Miquèu Montanaro depuis le premier confinement. Nous l’avons retrouvé occupant le Théâtre du Merlan à Marseille. Et il a insisté sur un point : “nous luttons pour retrouver le goût d’être ensemble, et contre la précarité de TOUS les travailleurs.”



Miquèu Montanaro : "ce mouvement d'artistes et de techniciens du spectacle ne se pose pas "contre", mais "pour", les droits sociaux et pour la réouverture des théâtres"  (photo MN)
Miquèu Montanaro : "ce mouvement d'artistes et de techniciens du spectacle ne se pose pas "contre", mais "pour", les droits sociaux et pour la réouverture des théâtres" (photo MN)

Alòr fa gaire as portat pèire a l’ocupacien marselhèsa dau teatre Merlan. Un movement atipic, non ?

 

Fau dire ce qu’es, avèm besonh de se vèire, coma de vèire lo sorrire de l’autre, e de li faire boqueta. Basicament es aquò, e aqueu movement, son originalitat es que se leva pas “còntra”, mai “pèr”. Es aquò que nos a menat, meme se fau pas tròp va dire, a faire un concèrt dins la carrièra de Correns, onte vivi, d’abòrd a l’espeçariá, puei desbordant a la carrièra...simplament perqué nos faliá resistir a tot aquel ambient.

 

 

En meme tèmps fau dire que leis intermittents se son vists reconéisser sei drechs, esperlongats. I a de monde, coma la màger part deis autò entreprenaires qu’an pas agut tant d’ astre .

 

Nosautres leis intermittents, segur ja avèm obtengut un an de drechs sociaus, que siguèron esperlongats. Mai alòr lo monde pensava qu’a partir de setembre, totei auriam pogut tornar trabalhar. La situacien financièra deis artistas a l’ora d’ara es qu’an una ajuda a costat de sei cachets, quora ne’n an. Sensa aquelei cachets, tocan un mieg revengut.

 

Alòr me fau dire qu’aquela ocupacien dau Merlan de Marselha, coma l’autra dau teatre Liberté de Tolon, sa tòca es de bolegar premier per parlar despuei una tribuna, e de parlar dei drechs de totei, aquò es importantissime : bolegan per lei drechs de totei aquelei que vivon dins la precarietat dau fach d’aqueu tractament de la situacien sanitaria.

 

Bolegam per lei drechs sociaus de totei en meme tèmps que per tornar durbir lei teatres.


Besonh de faire collectiu

Théâtre Liberté à Toulon, un des nombreux lieux occupés par artistes et techniciens (photo XDR)
Théâtre Liberté à Toulon, un des nombreux lieux occupés par artistes et techniciens (photo XDR)

Coma se debana aquela ocupacien ?

 

L’i fèm de musica, segur. L’ocupacien èra un besonh de faire collectiu, de se vèire de nòu. Quand l’i siáu anat, ieu, avèm organisat une repeticien pèr jugar a Marselha plaça Dugommier, puei Plaça Louise Michel, tres oras sensa relambi, sus lo tèma dau Temps des cerises, rapòrt au cent cinquantenari de la Comuna. A part de jugar, un biais de se manifestar, segur, per l’artista, eh ben fèm d’atalhiers sindicaus, chifram ce que volèm demandar au govèrn. Siam ja un brave collectiu d’artistas e de tecnicians, que elei lei fau pas oblidar.

 

Dau tèmps que l’i èra se’s debanat lo carnavau de Marselha que se ne’n es parlat coma es pas de crèire, e puslèu en critica amara.

 

Ah, òc, avèm jugat mascats...enfin, amé de mascas de carnavau. N’i a que me conéisson, e pasmens m’an pas reconéissut ! (riure). Alòr, rapòrt a tot ce qu’an dich aqueu monde, crèsi que l’efècte sus la santat, n’i aurà pas. Eriam defòra, et leis estudis dison qu’es au burèu e dins lei transpòrts que s’aganta la malautia. Puei, crèsi que fau va rementar sensa relambi , se nos confinan es perqué l’espitau es clafit . E encara l’i levan de plaças. De causas sensa logica de santat, ne’n trobares tot plen, pas besonh de s’atacar au movement deis artistas e tecnicians, pas mai au monde que fa carnavau. A ieu me sembla mai logica de s’atacar a la logica de l’ideologia liberala, pèr dau bòn caluga.


Lundi 29 Mars 2021
Michel Neumuller





1.Posté par Mir le 30/03/2021 12:42
Òsca e solidaritat.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.