Aquò d'Aqui


            partager partager

Marselha dins lo tòp dètz dei ciutats de riba de mar

Marseille primée par le National Geographic pour ...sa vue sur yachts


Classée cinquième mondiale par National Geographic, la cité phocéenne offre surtout une belle vue sur la mer, à partir du Mucem.



Un geste architectural, la possibilité d'observer des yachts depuis le toit...c'est le Mucem qui a décidé le National Geographic à primer Marseille (photo MN)
Un geste architectural, la possibilité d'observer des yachts depuis le toit...c'est le Mucem qui a décidé le National Geographic à primer Marseille (photo MN)
« Aquela ciutat portuari istorica a longtemps estat una crosiera entre lei continents » que ditz lo jornau National Geographic, per premiar Marselha entre lei « Ciutats en riba de mar de visitar ».


Dins aqueu « top dètz » dei vilas litoralas dau monde, Marselha es classada cinquena, après l’israeliana Tel Aviv, l’estoniana Tallinn, la canadiana St-John’s, e la californiana San Diego ; alòr que resta davant leis australianas Perth e Brisbane, la sud africana Durban, la russa Vladivostok  e l’americana dau Maine Portland.


« Aqueu classament de referéncia ven guierdonar lo trabalh de valorisacien de la riba de mar que complissèm despuei d’annadas » qu’a trompetat lo president de la Comunautat urbana de Marselha, Guiu Teissier.


Mai a legir lei resons de la revista de l’organisme geografic american, podèm s’ espantar de sei critèris. En veritat la politica locala es per ren dins aqueu prèmi, bòrd qu’es lo Mucem qu’a vertadierament atrivat l’agach de National Geografic.


Sus son site web, aqueu precisa que l’illustracien d’aquela qualitat de crosiera entre civilisaciens es « lo magnific novèu musèu dei civilisaciens europencas e mediterraneanas, una boita giganta cubèrta de treliç. Sa teulissa permete una vista sus lo corredor de passatge dei yachts que s’envan sus la mar ».


E pas mai. Un musèu nacionau pagat per l’Estat, que laissa un miramar dei bèus… Lei còlas politicas localas an pas aquí de qué cridar « òsca ! » 

Mardi 3 Mars 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.