Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Marseille a besoin d’abord d’emplois pour tous


De nouveaux policiers mobiles, pour quelque temps, c'est la réponse de l'Etat à la montée de la criminalité. Marseille a besoin de solutions durables, touchant toutes les couches de la population, qu'elles relèvent de la police et de la justice ou de l'économie.



Pour la troisième fois en 2013 les grands personnages de l’Etat « descendent » à Marseille. Ils y affirment à grands renforts d’annonces la venue de nouveaux renforts des forces de l’ordre.
 
L’idée est que, plus on met de policiers dans les rues, plus le sentiment de sécurité est assuré.

Les Marseillais, qui en ont vu d'autres, doutent.

Ce sont donc les uniformes les plus visibles et les forces les plus mobiles qu’on déplace au sud, et parfois pour quelques semaines seulement.
 
Il n’est pas question de faire la fine bouche, les Marseillais ont droit à la sécurité comme tout citoyen du territoire de la République, et il faut cesser de considérer qu’il s’agit, en particulier pour cette ville, de mesures exceptionnelles.
 
S’il y a une originalité dans la situation marseillaise, elle est bien plutôt dans l’extraordinaire creusement des inégalités au sein même de la commune.
 
A l’Insécurité sociale d’une large partie de sa population, oubliée du développement des Euroméditerranée et autres projets pourvoyeurs d’activités pour cadres supérieurs, répond une économie souterraine, parfois florissante, et souvent criminelle.
 
Une partie entière de la population prend l’habitude de compter sur les activités illégales pour se faire une place au soleil. Quels qu’en soient les risques. Et la ribambelle des meurtres montre que ces risques sont grands.
 
La réponse est certes policière. Mais elle doit être durable. Et multiple pour couvrir l’ensemble du problème, forcément complexe. Les équipes chargées d’occuper le terrain et d’enquêter sur l’économie de la drogue, les réseaux et leur développement doivent être renforcées notablement, et dotées de moyens suffisants. Par ailleurs, la présence d’une police de proximité qui soit au contact quotidien de la population doit être franchement favorisée.
 
Une chose ne doit jamais être oubliée, ce sont d’abord les jeunes des quartiers défavorisés qui ont le plus besoin d’être protégés. Protégés de l’avenir sanglant que la pègre leur prépare.
 
Et puis, à la base du mal, la difficulté particulière de vivre sa vie grâce à un emploi devrait être la première préoccupation des autorités, de toutes les autorités. L’emploi durable est la première alternative au crime organisé. Sans embauches durables, rien ne se fera. Les « emplois d’avenir », on le sait, ne répondront pas à l’ampleur du problème posé.
 
C’est donc un plan économique qui favorise l’emploi, pour tous, dont la plus grande ville d’Occitanie a besoin, fondamentalement. Il faut en finir avec ces effets d’annonce : telle société prestigieuse choisit Marseille, et s’apprête à y emmener ou à y recruter ses cadres…très bien, mais nous savons que pour chacune de ces carrières qui débute, dix jeunes, à deux pas, savent que tout ceci ne sera jamais pour eux. 
 
Marseille a certainement besoin d’un traitement particulier, mais celui-ci doit surement être administré à coup de feuilles de paie, plus qu’à coup de mandats d’amener.


Vendredi 23 Août 2013
Aquò d'Aquí



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.