Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

Lycées : à l’offensive !


Ce dimanche 17 février à Toulouse, l'ensemble des défenseurs et promoteurs de l'occitan à l'école se rassemble place du Capitole, et réclame le maintien de tous les enseignements de la lenga nòstra. Un plan de reconquête est indispensable.



Dans les plans organisés du gouvernement, les services publics ne doivent plus rendre service aux publics, mais coûter le moins cher possible. Voilà la nouvelle règle.

Face à la charge destructrice de l’Etat sensé nous représenter, il n’y a guère d’autre option que l’intransigeance.

Les professeurs d’occitan-langue d’oc (c’est la dénomination officielle) des lycées en pâtissent durement aujourd’hui. Ceux qui enseignent en collège en avaient déjà les stigmates, tant la réforme de 2015 les a fragilisés. Rappelons qu’un proviseur peut désormais facilement supprimer les heures selon des critères qui lui appartiennent.

Mais la réforme du ministre Michel Blanquer porte bien plus loin ; elle sape le fragile édifice de l’enseignement de nos langues minoritaires, territoriales ou pas, en France.

C’est un organisme, affaibli par ses mauvais soins, que l’Etat veut euthanasier.

Les cours d’occitan disparus des lycées, pourquoi étudier la langue à l’Université demain ? Alors où se formeraient les candidats d’un capes déjà famélique ? Et puis qui prendrait le risque de s’engager dans un métier promis à la décharge publique de l’enseignement ? Sans professeurs demain, pourquoi les rares chefs d’établissement volontaires le resteraient-ils ?

Enfin, sans débouchés dans le secondaire, pourquoi sensibiliser les élèves du primaire ?
L’édifice éducatif écroulé, littérature, cinéma et arts vivants ne seraient vite plus que ruines.

Le coup porté est plus que rude, il est mortel !

Voilà pourquoi même les plus timides devraient y réfléchir. Le véhicule de notre culture disparu des familles, balayé du système éducatif, nous verrions demain notre originalité dans le monde disparaitre. Voulons-nous, tels des produits de rayons  de supermarché, n’être que le clone de nos voisins ?

Face à la charge destructrice de l’Etat sensé nous représenter, il n’y a guère d’autre option que l’intransigeance. L’enseignement de l’occitan-langue d’oc doit être sanctuarisé, il doit bénéficier de plans de reconquête, d’une visibilité quant au nombre de postes de capes, qui ne doit pas pouvoir descendre en dessous de quinze par an, durant les dix ans à venir.

A minima tous les lycées qui  aujourd’hui proposent un cours de langue régionale doivent le proposer demain. Ces cours doivent être sanctuarisés. Leur dotation horaire n’est pas négociable à la baisse. Elle doit croitre, afin qu’à échéance raisonnable un enseignant d’occitan n’ait pas à officier dans plus de deux établissements.

L’Etat, qu’il soit relayé ou pas par les collectivités locales, a le devoir, par souci d’égalité de ses citoyens, de lancer des plans offensifs de communication envers les membres de toute la communauté éducative, parents en tête, afin de donner l’envie à tous d’accéder à la richesse de notre langue d’oc. Cette égalité doit aussi être territoriale. Aucun canton ne devrait être dépourvu d’un ensemble école-collège-lycée où s’apprend la langue d’oc.

Nous vous laissons, en guise de chute, les mots de Frédéric Mistral, tellement d’actualité : « Quau ten la lengo ten la clau, que di cadeno nous desliure »

Dimanche 17 Février 2019
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

Venus

Notre statue volée dit bien l'état d'esprit français vis à vis de l'égalité de traitement culturel

Trobada dins lo ròdol dei vestigis dau teatre roman d'Arle en 1651, l'estatua d'Afrodita, que dison "Venus d'Arle" seriá de Praxitèl.

 

Siguèt mandada a Paris vintados ans puei sus l'exigéncia de Loís XIV (e non ofèrta per la Comuna coma ditz lo cartèl dau Musèu, ara!), Rei Soleu, que non! Rei Raubaire!

Venus


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.