Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (9)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (9)
Lo cap au solèu
e los pès dins l'aiga.


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Lo sòda rendriá agressius lei joines enfants


USA. Non seulement les sodas participent de l'obésité croissante des jeunes, mais il rendraient agressifs selon une étude américaine. Le phénomène touche essentiellement les milieux populaires.



Des bulles qui conduisent aux baffes (photo XDR)
Des bulles qui conduisent aux baffes (photo XDR)
Dejà  lo sabiam, lei bevendas gasosas èron causa d’obesitat, e, ben sucradas, de diabeta pereu. Associat a « d’hamburgers » gras e a de sucrariás, es la « jungle food » que fa un chaple dins la joinessa popularia.
 
E vaquí qu’un estudi publicat dins lo Journal of Pediatrics nos apren qu’en mai d’aquò li auriá un ligam entre sòdas e agressivitat. De cercaires de l’Universitat americana de Columbia an mostrat que la consomacion d’aquelei bevendas e la creissènça de l’agressivitat dei nistons lei mai joines van de cotria.
 
L’estudi menat amé 3000 enfants de cinq ans que restan dins vint ciutats americanas, partejèt aquel escapolon en doas populacions : aquelei que bevon au mens un gòt de bevenda gasosa sucrada chasque jorn, e aquelei que ne’n bevon jamai.
 
Lo resultat es esfraiant. Lei beveires afogats de sòdas son dos còps mai agressius que leis enfants que ne’n bevon pas. 

Les bulles rendent agressif

Se baton mai e rompan mai sovent lei joguets deis autres. « Li a un ligam bèn clar entre la quantitat de sòdas que bevon e lo comportament agressiu » ditz Shakira Suglia , una dei cercairitz de la còla de Columbia.
 
Mai en meme temps, tempera, que la màger part deis enfants èron d’un mitan populari, e mai que mai de familhas mònòparentalas, çò que fai un escapolon pas tant representatiu de tota la populacion.
 
D’un autre latz, fa veire que lo fenomène pertòca mai lei mai paures e destabilisats.
 
De sabe, s’es lo sòda que lei fa agressius, ò  sa situacion sociala que li fa consomators màgers de sòdas ?

Dimanche 25 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.