Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Lo sòda rendriá agressius lei joines enfants


USA. Non seulement les sodas participent de l'obésité croissante des jeunes, mais il rendraient agressifs selon une étude américaine. Le phénomène touche essentiellement les milieux populaires.



Des bulles qui conduisent aux baffes (photo XDR)
Des bulles qui conduisent aux baffes (photo XDR)
Dejà  lo sabiam, lei bevendas gasosas èron causa d’obesitat, e, ben sucradas, de diabeta pereu. Associat a « d’hamburgers » gras e a de sucrariás, es la « jungle food » que fa un chaple dins la joinessa popularia.
 
E vaquí qu’un estudi publicat dins lo Journal of Pediatrics nos apren qu’en mai d’aquò li auriá un ligam entre sòdas e agressivitat. De cercaires de l’Universitat americana de Columbia an mostrat que la consomacion d’aquelei bevendas e la creissènça de l’agressivitat dei nistons lei mai joines van de cotria.
 
L’estudi menat amé 3000 enfants de cinq ans que restan dins vint ciutats americanas, partejèt aquel escapolon en doas populacions : aquelei que bevon au mens un gòt de bevenda gasosa sucrada chasque jorn, e aquelei que ne’n bevon jamai.
 
Lo resultat es esfraiant. Lei beveires afogats de sòdas son dos còps mai agressius que leis enfants que ne’n bevon pas. 

Les bulles rendent agressif

Se baton mai e rompan mai sovent lei joguets deis autres. « Li a un ligam bèn clar entre la quantitat de sòdas que bevon e lo comportament agressiu » ditz Shakira Suglia , una dei cercairitz de la còla de Columbia.
 
Mai en meme temps, tempera, que la màger part deis enfants èron d’un mitan populari, e mai que mai de familhas mònòparentalas, çò que fai un escapolon pas tant representatiu de tota la populacion.
 
D’un autre latz, fa veire que lo fenomène pertòca mai lei mai paures e destabilisats.
 
De sabe, s’es lo sòda que lei fa agressius, ò  sa situacion sociala que li fa consomators màgers de sòdas ?

Dimanche 25 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.