Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Li boufigo LED nefasto per lis iue


PARIS. Les ampoules LED ont remplacé les ampoules à incandescence, mais une étude Inserm soupçonne qu'elles entameraient notre "capital lumière".



La lumière bleue des LED présenterait un risque de dégénerescence maculaire (photo MN)
La lumière bleue des LED présenterait un risque de dégénerescence maculaire (photo MN)
Uno colo de l’Inserm (Universita Pèire e Mario Curie de Paris) estimo que nosti lus LED son mal-astrouso per la retino. An coumpara mai que d’uno boufigo de lus que podon esclaira d’oustau émé 500 LUX, e mentre li diferènto meno soulo lei LED an pouscu gasta la retino dei garri espausa.
 
Es premié la lus blavo d’aqueli boufigo que desgarien lis iue d’aqueli garri, bord  que li LED agenson li lus blavo e jauno, au contre dis anciani boufigo a aubencho , a chapau enebido per l’Unioun Euroupenco, a partir de 2005.
 
Aquelo lus blavo pou endraia un  vertadié auvari per nostis iue, la necrouso cellulari : uno cellulo daumajado, pertoco tambèn la seguento, e tout-a-de-rèng .
 
E li scientifi mau-doutan que li bofigo d’oustau poudrien desgaia lou « capitau lus » dóu mounde, e entraina un destrachimen maculari precoci.

Mercredi 11 Janvier 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.