Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

A Malafogassa leis insurgents de 1851 sòrton dau cementèri


MALEFOUGASSE. Un homme sur deux dans le village de Haute-Provence, fut jugé pour l'insurrection républicaine de 1851. Les noms ressurgissent à l'occasion du nettoyage du cimetière, et l'année de la célébration de la Commune.



Déporté en Algérie, le cultivateur était revenu chez lui ; grâce à cette vieille pierre tombale ressurgie il ne sera pas oublié (photo Patrick Claude DR)
Déporté en Algérie, le cultivateur était revenu chez lui ; grâce à cette vieille pierre tombale ressurgie il ne sera pas oublié (photo Patrick Claude DR)

En julhet venènt lo vilatge de Malafogassa, au pè de la montanha de Lura, celebrarà leis insurgents republicans de decembre 1851. Rementam qu’après lo còp d’Estat de Loís Napoleon Bonaparte, una armada ciutadana siguèt levada dins leis Basseis Aups, dins Var e Droma. Ai Mès restancavan l’armada regulara venguda de Marselha per establir “l’òrdre imperiau”, puei ocupèron Dinha, avans que, davant la revirada generala dei republicans en França, de siegue tornar a l’ostau, siegue de s’escondre dins la Montanha de Lura.

 

La repression siguèt tarrible. “E dins lo vilatge de Malafogassa vintatres insurgents siguèron jutjats puei deportats en Argeria o mes sota “susvelhança” per d’annadas” nos vèn Patric Claude, descavaire de memòri istorica dau despartament aupenc. “Fau vèire qu’èra un abitants sus cinc, probablament un òme sus dos ! Entre lei deportats lo joine mestre d’Escòla Joan Francesc Ailhaud, de pas mai de vintratres ans”

 

Lo regent, d’Argeria, puei escriurà un poema, de nostalgia, a la França, per eu paradís perdut.


Un òme sus dos jutjat per sei idèas e seis actes republicans

Patrick Claude : "Le 14 juillet la Commune nomme sa salle commune du nom de l'instituteur insurgé" (photo MN)
Patrick Claude : "Le 14 juillet la Commune nomme sa salle commune du nom de l'instituteur insurgé" (photo MN)

L’istòria a regisclat despuei l’ancian cementèri. Fa pauc, la Comuna l’aviá netejat e s’es pausada la question dei pèiras de tombas. Patric Claude demanda que siegan pas jitadas, lei fa netejar, a com’aquò apareis lo nom de Gaston Justin Gaubert, mòrt en 1888, que sa pèira es marcada de la mencion “proscrit de 1851”. Am’ eu probablament dins lo cimenteri l’i aviá Joan-Andrieu Gaï, cultivator de 49 ans”, deportat, o Joan-Francesc Jean, “aubergista de 33 ans”, plaçat sota susvelhança...e tota la tiera dei Marcelin-Alexandre Latil, pegòt de 30 ans, o Laurent Masse, pastre de 43 ans, eca… qu’avian pres lo fusiu per aparar la Republica.

 

Lo 14 de julhet, se la covid nos garda pas encara a l’ostau, la sala comunala de Malafogassa, a pena acabada, serà inaugurada amé lo nom de Joan-Francesc Ailhaud, e s’i podrà visitar la mòstra consacrada a la revòuta de 1851 facha per l’Associacion 1851 per la memòri dei resistenças republicanas. “Aquelei insurgents voliá la mema causa que aquelei de la Comuna de 1871, que se celebra tanben en 2021” sotalinha Coleta Chauvin, la presidenta; “volian una Republica, la vertadièra, la sociala!”.

 

De l’Associacion e de sei projects ne’n parlarem mai dins nòstre mesadier de junh.


Jeudi 6 Mai 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.