Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Li Gavòtas demoraràn agricòlas


PLAN D'ORGON. Le domaine mené en bio était à vendre. Le paysan voulait s’assurer que son œuvre serait poursuivie. Un jeune agriculteur breton reprendra. Mais pour ce faire, il comptera sur l’épargne solidaire de dizaines de Provençaux, et le soutien pratique de l’association Terres de Liens.



Erci e Natacha volián un domèni per una agricultura diferenta (photo XDR)
Erci e Natacha volián un domèni per una agricultura diferenta (photo XDR)
Sege ectaras d’oliviers e de noguiers au país dau pomier e de la periera , vaquí la mai granda operacion de crompa solidària que baileja Terres de Liens en Provença. Joseta e Rotland Chabàs, ara a la retirada, volián pas laissar si tèrras biò de Plan d’Orgon an un especulator, nimai an un agricultor que facturariá per menar en intensiu.
 
« Avèm adonc assajat de ié trobar un païsan en continuitat. E per ben l’assostar, se siam endraiats dins un projèct de finançament participatiu » que dis  Coline Albin-Fabre, l’encargada de mission de Terres de Liens.
 
Presenta despièi 2010 en Provença, l’associacion se vòu un aparaire dau foncier agricòu, e coma lo dís dis son nom, fai mestier de ligar l’agricultura païsana e li ciutadans. « Lo principi es que nosautres bailejam tot lo trin dau dorsier, per transmetre lo domèni, vèire amé la SAFER, eca …» raconta encara Coline.  « Mai que tot, aquò se fai amé lo sosten de centenas de gènts que vòlon gardar lo foncier agricòla per de decenias. N’avèm besonh ! » mai que de domènis toristics, per l’avenir.

1500 esparnhaires provençaus per aparar la tèrra a facturar

A l’ora d’ara Terres de Liens en Provença pòu comptar sus 1500 esparnhaires, entre 2600 sòcis. Una bèla fòrça.
 
Finalament, amé de joini Bretons que podián pas se crompar un domèni au sieu en biò, la venda es quasi facha… Mai fau trobar un capitau de 380 000 € per la crompa.
 
Aquí Terres de Liens acampa l’esparnha populària, e amé de parts de 103,5€ reünís la gròssa soma. Podètz li portar pèire aquí, e retirar dins un, o dètz ans, vòstre argent, qu’aurà benlèu una briga ganhat de centimes…
 
« Transmetre es pas tant evident, e es pas qu’una question de dardenas , adonc nos fau èstre pròche dau vendèire coma dau crompaire. E lo melhor dins aquel afaire, es que lo monde qu’a donat la man serà sempre a costat dau païsan, jamai isolat, dau moment que garda a sa tèrra sa destinacion biologica, e agricòla ! »
 
Aguetz d’astre , Erci e Natacha, per d’ans e d’ans, a cultivar e gardar a  la tèrra provençala son ròtle de norriguier.
Oliviers biò onte totei fan de pomiers, perqué non ? (photo XDR)
Oliviers biò onte totei fan de pomiers, perqué non ? (photo XDR)

Jeudi 14 Septembre 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.