La Setmana naufragée ?

L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?

Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.






            partager partager

Les crues sont plus un problème d’aménagement que de précipitations


L’aménagement du territoire, spécialement près des littoraux attirants, est la première et la plus profonde cause des drames humains que nous avons encore vécus entre Cannes et Mandelieu.



Des élus se sont offusqués, à l’issue d’un weekend de crues subites meurtrières, que MétéoFrance n’ait pas mieux prévu, finement, où tomberaient les fortes précipitations qui ont provoqué la mort de vingt personnes à Cannes et Mandelieu.

Moins de bitume, plus de cohérences urbaines, ce sera moins de drames humains

Nous, ce qui nous offusque, ce sont les politiques d’artificialisation de toute la région. Là où subsiste la terre, la crue est moins forte, là où le béton ne le partage plus qu’avec le macadam, le pays devient momentanément un immense torrent furieux.
 
La vallée de la Siagne en est un bon exemple, probablement, qui nous montre que l’aménagement « social » du territoire, a sa part de responsabilité dans ce type de drames.
 
Cette rivière a été largement aménagée dans ses abords tout au long des années 2000. Il s’agissait d’ouvrir son bassin à l’urbanisation afin de permettre aux salariés qui travaillent sur la côte, de se loger à (un peu) moindre coût.
 
Disons-le carrément, quand la vie d’un pays dépend du prix du foncier et de l’immobilier, on en arrive à des aberrations humaines. Le plus visible c’est au quotidien l’embarras routier gigantesque que n’explique vraiment que l’étalement urbain et l’absence de politique cohérente d’aménagement.

Lui, ne tue qu'à petit feu, à coups d'asthme et de maladies respiratoires.
 
Et puis, régulièrement, ce qui ne semble d’ordinaire qu’agaçant et couteux, devient monstrueusement dramatique. C’est ce qui s’est produit le weekend dernier, mais aussi en juin 2010, et un an plus tard.
 
C’est ce qui, fatalement, se reproduira.
 
Moins de béton, moins de bitume, plus de politique d’agglomération, plus de place pour les visions sociales d’une ville mieux partagée, mieux conçue, ce sera toujours moins de crises humaines.
 
C’est ce que nous pouvons risquer de dire, au moment où, une nouvelle fois, la crue ravage pays et consciences.

Mardi 6 Octobre 2015
Aquò d'Aquí





1.Posté par Latil le 10/10/2015 00:33
Cher ami, nous sommes en parfaite adéquation ! malheureusement, qui nous entendra ? Ni les lotisseurs et autres constructeurs, ni les politiques et autres "décideurs"…
Le peuple, surtout les "indigènes" seront toujours "la voix qui crie dans le désert".
Si seulement on voulait écouter ceux qui ont de la mémoire… et, pour certains de nos coins paradisiaques, relire le dictionnaire toponymique de Garcin (1835), par exemple à la page où il parle de l'arrière pays du golfe de St Tropez.

Bèn couralamen,
Frederi

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Le Québec et ses enjeux linguistiques et sociaux
Dison que...

En finala Beart espòutisse Charpin

Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...

En finala Beart espòutisse Charpin
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.