Aquò d'Aqui


            partager partager

Lei « corsets roges » troban la solucien per lei « jaunes »

Pour Attac l'épargne de développement durable est avant tout opaque


Les gilets jaunes protestent contre l'augmentation des taxes sur l'essence sensées financer la transition écologique. Les "gilets rouges" ont identifié une sacrée source de financement alternative !



Selon Attac les 106 milliards d'épargne de "développement durable" serviraient à financer l'industrie productrice de gaz à effet de serre (photo MN)
Selon Attac les 106 milliards d'épargne de "développement durable" serviraient à financer l'industrie productrice de gaz à effet de serre (photo MN)
« La mai pichona part dau librilhon de desvolopament duradís finança la transicien ecologica, l’economia d’energia e l’economia sociala e solidària, coma dison. 10% e pas mai ! »

Aquélei produchs bancaris d’esparnhe, vint e quatre miliens de Francés li meton cent sièis miliards d’€uros. Pasmens, la màger part serve a financiar d’activitats que degun n’en saup ren de ren, díson Atac.

L’entitat d’intervencien sociala debana una campanha per denonciar aquela situacien neblosa, opaca, que díson. Amé sei corsets roges èron dissabte dins mai que d’una vila a n’en parlar, au mume temps que d’àutrei corsets, élei jaunes, èron a bloquejar de centres comerciaus per denonciar la manca de poder de crompar.
 
Lo librilhon DD podriá tant pagar l’economia de l’efècte de serra coma la recèrca petrolièra, ditz lo monde d’Atac. Valèria Brulant, la clavairitz de la còla sestiana, rementa que doás cent entrepresas multinacionalas fan nonanta per cent de l’emissien de gas d’efècte de sèrra. « Vèndon aqueu produch a de monde que pènson coma aquò qu’es per financiar la transicien ecologica ». Normau adonc que vòugan pas la pagar encara am’una taxa sus lo carburant coma l’impausarà lo govèrn.
 
En veritat quaranta per cent d’aquela soma rèsta ai bancas, e seissanta per cent van a la Caissa dei Despaus e Consinhaciens – qu’es un organisme d’investiment gestionat per l’Estat.
 
Adonc Atac s’endralha dins una campanha per dire ai capoliers qu’avans de prendre dins la pòcha dei paures e dei trabalhaires per la transicien, deu començar per emplegar l’argent disponible dins seis pròpris organismes « per financiar per exemple de transpòrts en comun, en luec de barrar lei garas e de desfavorisar lo tren, escafant lo fret ».

Mercredi 28 Novembre 2018
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 29/11/2018 21:46
De segur ! Fau prendre l'argent mounte se troubo. Pa besoun de corsets jaune per ana ie dire ! Mai qué fan ?

2.Posté par Eric Ciampoli le 30/11/2018 10:25
Persque pas, mai quand de monde pagan una veitura sense ne'n voler perque vivém dins una societat Keynesiana onte avém besonh d'ostaus e de neuritud e onte fau aver una veitura perque tot es fach per aquò perque ambé mai de mejans de transports colleitius i auriá mai de caumatge ; e tot aquò tua cada jorn : accidents, insecurat, guèrras per lo petròli, environament (natura mai tanben monuments, vilas), santat (subretot lei pichons e lei vielhs). Sus lo plan estrictament teoric, lei "riches" pòdon dire "l'ISF es injust, i pas que ieu que lo pagui" ; siáu pas d'acòrdi, mai es logic. Mai quand vesètz toteis aquestei veituras de 20 000, 30 000, 40 000 euros ambé de jaune, per una taxa que pagan totei lei veituras e donc elei autants coma leis autrei e ambé men de dificultat que lei qu"an de veituras vielha que li manjan la majora part de la paga, aquò mi fa pensar : serián ti tan aganits ? Daumage que si posque pas viure dins un auto o la manjar alara !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.