Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

La nau arlatenca qu’apassiona leis arqueològues


ARLES. Le chaland, sorti des eaux du Rhône, date de 50 après Jésus-Christ. En état quasi parfait, c’est une mine d’information pour les archéologues, et une source de connaissance pour le public. L’IEO d’Arles invite à le visiter en occitan, grâce à l’historien Philippe Rigaud.



Sabrina Marlier a mené ou accompagné de nombreuses recherches sur le chaland le mieux conservé de l'antiquité romaine (photo MN)
Sabrina Marlier a mené ou accompagné de nombreuses recherches sur le chaland le mieux conservé de l'antiquité romaine (photo MN)
La sicelanda que leis arqueològues maritimes an descavats de la fanga dau Ròse en 2004 es ara dins una ala dau bèu Musèu de l’Arle Antique, bastida especialament per ela.
 
La nau bastida vèrs 50 après JC , lei afogats de l’Institut d’Estudis Occitans convidon lo monde a la vesitar dimenge 2 fébrier, accompanhats per l’istorian Felip Rigaud.
 
« Segur qu’es una excepcion » que nos ditz, « e una nau coma aquela nos en ditz mai que mai sus lo biais de lei bastir, e dau gaubi de nòstrei rèires. »
 
Per exemple, fau saber qu’es un meme sapin que fa lo flanc d’aqueu batèu de 31 mètras. « Deviá faire sei tres cents ans e quarante mètras d’autur » precisa Sabrina Marlier, l’arqueològa encargada de mission dau Musèu, que seguis lo trabalh de descubèrta despuei 2006.
 
Lo sapin deviá venir deis Aups o d’Auvernha per radelatge. « Una tecnica que lei Galò-Romans conéissavan deja e que puei s’es praticat fin qu’au siècle XIX » sotalinha Felip Rigaud.
 


Reste à localiser le port maritime où venait charger le chaland

Aqueu chalant èra profielat per navigar dins leis aigas turbulentas dau Ròse, e pròche d’Arle. « Podiá portar aperaquí trenta tonas, ce qu’es pas tant » nos ditz Sabrina Marlier. « Conéissem d’autrei naus que podián ne’n portar lo doble, que foguèron trobats dau costat de Lion. Aqueu deviá poder èstre  naulejat  leu per faire la rotacion entre Arle e Camarga ».

Auriá fa naufragi d’un còp, cargat de pèires, e au moment de grosseis aigas. Tot aquò seriá l’explica de sa bòna conservacion. Cubèrt de fanga subran, auriá coma aquò poscut passar dos mil ans.
 
E es pas impossible qu’anava fin qu’a la mar per cercar lei marchandisas vengudas d’autrei país, dins un pòrt de mediterranèia « que leis arqueològues an pas encara trobat, mai que sariá ai Santas Marias o a Fòs » aponde Sabrina Marlier.
 
Aquela descubèrta dei gròssas aurá fa trabalhar una trentena de scientifiques per quasi detz ans e progressar la conéissènça d’aquela epòca romana. E es pas acabat.

Per la vesita en provençau dau dimenge 2 de fébrier

L'intrada es a gratis, mai marcatz-vos en mandant un messatge a : rigaud.p@wanadoo.fr 
Lo rendètz-vos es a 2 oras e mièja de l'après dinnada dins l'intrada dau musèu


Mercredi 29 Janvier 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.