Aquò d'Aqui


            partager partager

La Corvette cap a l'Asia


MARSEILLE. La vénérable marque de savon de Marseille aurait pu disparaître. Le rachat en 2013 par le groupe Prodef, et les investissements, lui permettent d'envisager un avenir international.



Broyage des copeaux à la Savonnerie du Midi, où pour l'heure la production est partiellement réalisée par des confrères (photo MN)
Broyage des copeaux à la Savonnerie du Midi, où pour l'heure la production est partiellement réalisée par des confrères (photo MN)
Sota lei còlas claffidas d’HLM gigantàs deis annadas setantas, e tresplombada per l’autorota Nòrd, La Corvette entamena sa remontada. 

Lo chifra d’affaires tanben remonta : 4,5 M€ en 2015, 5,4 en 2016 e 6,7 a la fin 2017, que 1,2 M€ se fai au defòra : China premier, USA e Canada, puei Australia. En 2013, au pièger moment, siguèt que de 1,3M€ au totau.
 
La gamma, ara, compren una centena de produchs, sabonetas, sabons e liquids, « netejants miracles »…La saboneta au lach de sauma ja a agut un prèmi.

Mai lo biais particulier, que dison, es que se vòlon cent dau cent marselhès. Leis entrepressas que reabilitan l’usina son marselhesas, coma lo scenografe que prepara lo musèu dau sabon. Silvan Massot e leis artistas bastissaires de l’associacien La Cité des arts de la rue, trabalhan a imaginar lo mobilier d’aqueu luoc de memòri dau sabon.

Notre reportage complet dans le numéro de mars du mensuel Aquò d'Aquí

 

Jeudi 15 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.