Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

L’actitud trionfant sariá innat


Chez le sportif de haut niveau comme chez l’animal en rut, le geste triomphant serait la marque du bonheur inné d’exercer le pouvoir, selon des psychologues californiens. La culture sportive met cependant des barrières à ces expressions de puissance.



Que que siegue la cultura dau champion, meme dins leis juecs paralimpics, manifestarà son trionfe d’un biais ben expressiu, que la tiera ne’s pas longa : dreissarà sei braç ben aut sus lo cap, farà veire sei ponhs, cridarà la boca ben duberta.
 
Per l’Universitat d’Estat de San Franciscò, en California, que ven de liurar un estudi, s’agissiá de veire s’aquelei manifestacions devon puslèu a la cultura o a l’instint.

Sei psicològues an trevats lei competicions au cimeu, comprès lei Juecs Olimpics.
 
Per elei, lo còrs ditz ben la jòia d’exerçar la poténcia. Un afaire de poder, que dison.

Tre la victòria vaquí leis esportius levant lei braç : se pican lo tòrse bombut amé lei ponhs, trefolisson
 
Aquelei mejans universaus de dire qu’an capitat, lei judokas leis utilisan totei, subran, que que siegue son país. Meme lei bòrnis.
 
Vaquí la marca d’un sentiment ierarchique universau e que pertòca tant lei cèrvis en calor coma lei atlètas, dison lei cercaires californians.
Penthatloniens antiques
Penthatloniens antiques

Pasmens, aremarcan que l’estudi vau per l’espòrt d’auta competicion,monte se tròbon ren que d’esportius acostumats a se veire valorisar coma lei melhors.

De l’espòrt-juec  que pertòca la granda majoritat dau monde deis estadis, ren nos ditz que marcha coma aquò.
 
En mai d’aquò, encara amé lei judokas, la cultura esportiva fa obligacion an aquelei de se saludar per respect avans e après l’acipada, que que ne’n siegue lo ganhaire.

Enfin, aquelei que fan veire lo mai de poténcia dins aquel espòrt, son aquelei que venon de culturas monte la ierarchica es la mai valorisada.

Samedi 18 Janvier 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.