Aquò d'Aqui


Oui, une crise

La crise sanitaire sera aussi économique. L'entreprise sera aidée. Mais la recherche ? la culture ? la presse associative ? Elle, comptera sur vous. Aquò d'Aquí certainement.

La crise sanitaire que nous subissons est inédite par son ampleur territoriale et sa durée. Elle nous rappelle la grande peste du XIVè siècle, mais au temps de la mondialisation. Il ne faut que vingt heures d’avion pour se rendre en Europe depuis la Chine, et la frontière franco-italienne est tout ce qu’il y a de poreuse.
















            partager partager

Jornalet lance un cri d’alarme


BARCELONA. Créé à Barcelona voici sept ans, ce média occitan en ligne souffre du non versement de subventions. Il lance une souscription. Son animateur Ferriol Macip Bonet répond à nos questions.



Ferriol Macip Bonet, l'animateur du Jornalet (photo XDR)
Ferriol Macip Bonet, l'animateur du Jornalet (photo XDR)
Jornalet est en danger mortel. Mais de quoi vit ce média ?
L’équipe est bénévole à cent pour cent, Jornalet n’a pas de salarié, et trop peu d’aides publiques, dont le versement est contrarié par la situation politique en Catalogne. C’est en fait l’association des Amis de Jornalet qui apporte l’essentiel des fonds qui  permettent au site web de vivre, jusqu’à présent. L’association est sise en Occitanie française. Ce sont donc des individus conscients qui nous permettent de subsister actuellement.
 
Pourquoi les aides publiques sont-elles contrariées ?
La situation est désespérante. Nous recevons, théoriquement, une aide de la Generalitat de Catalunya, et un partenariat avec le Conseil General d’Aran nous apporte un complément. Mais nous sommes victime collatérale de l’article 155 – celui qui, dans la Constitution espagnole, permet de suspendre l’autonomie de la Catalogne – Son application par le gouvernement espagnol provoque des retards de paiements dramatiques pour nous. Une partie de la subvention qui nous est accordée n’est pas arrivée, pour cause de vérifications abusives de l’Etat. Et une autre partie n’arrivera jamais, car elle est carrément contestée par l’Etat. C’est tout de même un quart du total ! Ce n’est pas particulier à Jornalet, car tout le monde associatif est ainsi impacté par des contrôles exagérés en Catalogne. Ceci dit, nous pouvons espérer que cette période de blocages va bientôt prendre fin. Il s’agit donc pour Jornalet de tenir le coup, de traverser une mauvaise passe.
 
De quoi avez-vous besoin ?
Nos besoins s’élèvent à 12 000€ par an, et pour finir 2018, débuter 2019 nous avons absolument besoin de 3000€. Pour cela nous ne pouvons que compter sur la solidarité des Occitans, qui peuvent abonder l’Association des Amis de Jornalet. Je reçois une indemnité modeste pour le temps passé ; il faut rémunérer tout le système informatique ; et puis il y a des frais généraux.
 
Il y a à peine un mois La Setmana déposait son bilan. La société Vistedit qui l’éditait attendait elle aussi une subvention, jamais accordée.
Le comportement de l’Office Public de la Langue Occitane m’a révolté. Il est responsable de la disparition de la Setmana, comme de la Fédération Interrégionale des Médias Occitans (Fimoc) qu’il a refusé de subventionner. Tuer La Setmana pour pouvoir créer un média aux ordres, ça semble le plan de l’Oplo. Mais c’est aussi une leçon qui nous a été donnée ; les médias occitans ne peuvent que compter sur les gens eux-mêmes. C’est ce que nous faisons en leur demandant de nous aider dans cette passe délicate.
 
 

Pour envoyer un chèque de don aux Amis de Jornalet
Pour envoyer un chèque de don aux Amis de Jornalet

Mercredi 19 Septembre 2018
Michel Neumuller





1.Posté par Lo jove le 20/09/2018 15:35
L'occitan es atacat de'n pertot. Dins l'educacion... se mòre a la chut chut. Mas chut...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre dossier de onze pages sur l'épidémie mise en perspectives
Dison que...

L'occitan maintenu en temps de confinement

Aquò d'Aquí sera présent chaque jour avec des contenus en lenga nòstra durant le confinement. Pas de chômage technique avec la presse occitane.

En temps de confinement sanitaire généralisé, notre langue d'oc doit continuer d'exprimer des idées, et de livrer des informations, de dire l'actualité, immédiate ou pas. Aquò d'Aquí ne laissera pas s'établir un couvre feu linguistique. Vous avez le droit de lire en occitan, de Provence, des Alpes, du Languedoc ou d'ailleurs.

 
L'occitan maintenu en temps de confinement


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.