Supprimez l’article 2 !

Les Corses en fin 2017, se sont majoritairement prononcés pour l’exercice de leurs droits linguistiques. Une majorité qui ne compte pas pour le président de la République, en visite dans l’Île.

« Dans la République française, il y a une langue officielle, le français » sera probablement la phrase à retenir du discours final du président Emmanuel Macron, à l’issue d’un court séjour officiel en Corse.






            partager partager

Joël Bouc : « l’IEO 13 s’investira dans le Forum d’Oc »


Le président de l’Institut d’Estudis Occitans dans les Bouches-du-Rhône veut renforcer la coopération avec d’autres associations, et travailler avec celles-ci à rendre plus visible la langue occitane entre Marseille et Durance, Arles et La Ciotat.



Joël Bouc, le pdt de l'IEO 13 : "nous allons travailler en coopération avec d'autres associations, en particulier dans le Forum d'Oc" (photo MN)
Joël Bouc, le pdt de l'IEO 13 : "nous allons travailler en coopération avec d'autres associations, en particulier dans le Forum d'Oc" (photo MN)
L’Institut d’Estudis Occitan des Bouches-du-Rhône organise son assemblée générale le 22 mars. Quels en sont les enjeux ?
 
2013 et le début de 2014 ont été riches en évènements : la Loi sur l’école en juin puis le débat sur la Charte Européenne des Langues Régionales ont mis l’occitan sur le devant de la scène. Mais en pratique cet intérêt réanimé nous impose un beau défi, ce sont toujours les mêmes qui portent l’essentiel des activités sur le terrain. Il est donc essentiel pour notre association d’attirer de nouveaux membres qui aient envie de s’investir. On doit en particulier pouvoir toucher la nouvelle génération. C’est là l’enjeu principal.

Comment allez-vous y répondre ?
 
Par la coopération. Nous allons notamment  voir comment nous pouvons travailler avec d’autres associations proches de l’IEO. L’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc (Aeloc) en particulier, attire des enseignants et des parents d’élèves. Avec eux nous espérons voir plus de jeunes, par exemple, pour la Dictada, le grand évènement populaire de janvier. Bref, les partages d’expérience sont à l’ordre du jour.

En toile de fond la création d'un Office Interrégional

En 2014 que pourraient décider les adhérents qui leur serait proposé lors de cette AG ?
 
2014 sera aussi riche que 2013. C’est l’année du centenaire des débuts de la première guerre mondiale. Ce fut un évènement considérable pour les Occitans, un moment où la langue a disparu avec de nombreux « poilus », et durant lequel un racisme certain les a mis au ban de la société. Nous allons participer à différentes conférences sur ce thème et essayer de favoriser le succès de la pièce d’André Neyton, « La légende noire du soldat O ». Nous essayons aussi de voir comment organiser un concert sur ce thème. Mais nous nous heurtons parfois au coût élevé des prestations qui sont proposées. Espérons que les artistes soient sensibles à ce que représente l’IEO.
 
Par ailleurs, la fin de 2013 a vu le succès du Colloque d’Anem Oc, à Marseille, sur l’occitan en Provence. Un succès auquel l’IEO a participé. Vos lecteurs se souviendront qu’à la fin de ce colloque, les organisateurs ont appelé les participants à transformer l’essai, en créant un « Forum d’Oc ». Celui-ci a désormais une existence et il rassemble les associations majeures du régionalisme culturel. Il s’agit de rendre la langue d’oc plus audible, plus visible, mieux partagée en Provence Alpes Côte d’Azur. Et dans un contexte particulièrement favorable par ailleurs. Je rappelle que les Régions Aquitaine, Midi Pyrénées et Rhône-Alpes créent ensemble un Office Interrégional dont les buts sont similaires. Bref, ce n’est pas le moment de s’endormir.

Des statuts en occitan

Le Centre Culturel Louis Aragon accueillera l'AG de l'IEO 13 à Septèmes le 22 mars (photo MN)
Le Centre Culturel Louis Aragon accueillera l'AG de l'IEO 13 à Septèmes le 22 mars (photo MN)
Et vos premières initiatives ?
 
Elles ont été purement internes, mais à forte portée symbolique ; les statuts de l’IEO ont été rafraîchis et à nouveau déposés. Les premiers dataient de 1976. Je passe sur les nouvelles dispositions, qui sont de l’ordre de la cuisine de notre fonctionnement démocratique. Mais le fait important est que nous les avons déposés, rédigés en français, et en occitan. En 1976 la Constitution du Peuple Français ne reconnaissait pas encore que « les langues régionales font partie du patrimoine de la Nation ». C’est chose faite depuis la réforme constitutionnelle de 2008. La moindre des choses était que nous en tenions compte.

Assemblée Générale le 22 mars 2014 au Centre Culturel Louis Aragon (l'ancienne chapelle, sur un promontoire, est visible depuis le village, et un parking d'environ 20 places ouvre le cheminement piéton qui y mène), 13240 Septèmes-les-Vallons.
A 15h AG extraordinaire pour révision des statuts, à 16h AG ordinaire, Pots de l'amitié à l'issue.


Mercredi 12 Mars 2014
Propos recueillis par MN




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí 302 chasse le sanglier !
Dison que...

Lo batèu de pèira

Le pédagogue Jòrgi Gròs, grand passeur de la langue occitane, fut un passionné du voyage. Mais le plus beau fut le voyage immobile que cet enraciné imagina depuis la maison familiale nîmoise. Il nous a quitté en février, à 95 ans, et son élève Sarà Laurens lui rend hommage pour Aquò d'Aquí


Deviá de segur arribar un jorn. Mai per ieu, au lendeman de sa mòrt, èra pas encara realitat, me siáu dicha lo lendeman. Lo Jòrgi Gròs moriguèt aier. Lo Jòrgi Gròs moriguèt aier. Lo Jòrgi Gròs... Benlèu que se me lo tòrni dire de lònga, dins ma tèsta, la vertat crudèla e absoluda se farà fin finala. 
Lo batèu de pèira


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.