Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Braux (04) fonde son renouveau sur la culture occitane




Une partie de l'équipe organisatrice des Rescontres Occitans de Braus (photo XDR)
Une partie de l'équipe organisatrice des Rescontres Occitans de Braus (photo XDR)
"Quand on sait d'où on vient et qui on est c'est plus facile d'aller de l'avant". La formule de Stéphane Grac, le maire de Braux, 127 habitants au delà d'Annot, dans le pays gavot, vaut son pesant de cèpes, la richesse locale!

Ou plutôt non...la richesse locale, la première, dit le maire, "c'est notre culture". Populaire, ancienne, évolutive, occitane.

Avec son ami Jean Guérrini, il a décidé de résister à la mort lente du village. Pour cela s'il prévoit d'aider à l'installation de nouveaux agriculteurs, le dernier ayant pris sa retraite en 2014, il va néanmoins commencer par donner envie au monde de venir voir ce petit bijou rural, un peu trop perdu parmi de magnifiques grès.

Le 11 juillet prochain Braux invite à ses premières "Rencontres occitanes". Au programme des débats et conférences : sur le gavot, variété locale de l'occitan, et des chants, danses et pièces de théâtre.

 Un village de stands artisanaux est aussi prévu et la participation est gratuite. 

Pour se rendre à Braux, il faut, à partir de Nice, emprunter la D6202 et prendre la direction d'Annot. Et il faut savoir ne pas se presser.

Et aussi penser à espincher les programmes de Vaquí, car l'émission en langue régionale de France 3 consacrera bientôt plusieurs sujets à cette vaillante petite commune.

 
braux_programme.jpg Braux programme.JPG  (96.5 Ko)

Mercredi 1 Juillet 2015
Michel Neumuller





1.Posté par guis le 02/07/2015 11:01
Bonjour,
la terre, l’histoire, la culture, font parti de nos racines, de notre éducation, de nos valeurs et elles sont de nos jours beaucoup mis à mal au profit du rendement.
Bravo à toutes ces personnes qui s'investissent pour cette première et venez nombreux car le programme s'annonce diversifié et alléchant.

GUIS Michel

2.Posté par Jaume le 19/07/2015 13:33 (depuis mobile)
Quel dommage que ce petit village gavot se soit laisser entourlouper par le mythe occitan. Journées provençales gavotes oui, journées occitanes c'est une blague.

3.Posté par grac andre le 21/06/2017 08:57 (depuis mobile)
Bravo à la fête "dou pais gavot e prouvencau" !

Je suis de tout coeur avec vous et "sieu un Grac e serai fe la festo !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.