Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Gérard Tautil : avec la toponymie l’humanisme s’oppose au « roman national »


BRIGNOLES; Au lycée Raynouard, le fouilleur d’histoire a déployé l’univers de faux-amis, de joies d’enquêteur et de découvreur d’histoire locale, pour un public qui s’intéresse tout à la fois à son territoire, à la science et à la langue d’oc.



Les cartes actuelles gardent encore la trace de l’ignorance des géographes qui notèrent les noms des lieux sans rien savoir de la langue commune des croquants. « On connait un « Iésaipas », parce qu’une personne, ne sachant répondre aux enquêteurs, avait répondu : « Ieu sai pas » (moi je sais pas) ».

Gérard Tautil, l’auteur de La toponymie de Signe (83) divulgue ce double message dans ses conférences : « En nous aidant à mieux comprendre notre territoire, la toponymie nous fait mieux nous-mêmes dans un monde où la diversité culturelle et menacée…Mais les faux amis sont nombreux, et c’est une école de la rigueur et de la curiosité », deux valeurs qui sont à l’opposé de ces histoires reconstruites en « roman national », lui destiné à créer au forceps une identité uniforme. « Nos ancêtres les Gaulois » en est l’exemple Roi.
 
Au lycée Raynouard de Brignoles (83), le professeur d’italien Reinat Toscano n’est pas mécontent. Ce Niçois, écrivain de langue d’oc, vient de réussir, Oh ! modestement, le retour de l’occitan dans le cursus de l’établissement. Et ce 17 mai, autour des quatre premiers élèves motivés, une cinquantaine d’autres sont venus entendre Gérard Tautil, leur parler des noms de lieux du pays, de leur signification, des chausse-trapes nombreuses qui parsèment le chemin de qui veut savoir.
 
« Le nom de lieu se réfère, essentiellement, à deux préoccupations majeures des populations qui nous ont précédé : l’eau et le relief, boire et s’abriter ! » D’òu cette profusion de mots, sur nos cartes IGN, qui disent le promontoire, le rocher, la cavité : « forn » pour Six Fours, « leb », « cro », ou le « cant » …de Canto Cigalo ( !), le « mer » de Chante Merle….

Faux amis et chausses trappes

D’où aussi cette kyrielle de mots pour dire l’eau dans toutes ses manifestations : « Molières » (résurgence), « gab » ou « bron », d’où tire son nom Brignoles., sans compter les nombreux « fangas » (lieu boueux) qui parsèment notre Provence et nous viennent, eux, de l’occitan en ligne directe.
 
Dans sa « Toponymie de Signes », Gérard Tautil développe ce discours : « depuis très longtemps des populations aux langues très différentes se sont succédées en Provence comme ailleurs, et ont imposé le nom qu’ils donnaient à l’eau et au rocher. Bien sûr dans la dernière période, c’est l’occitan qui a été utilisé, mais que voulaient ignorer les géographes. »
 
Celui-là doit se montrer circonspect car les faux-amis sont légion. Cette « croupatière », fréquente sur nos cartes, n’a jamais vu de corbeau (cropatàs en occitan), mais sa racine « cro » dit qu’il y a ici un rocher.
 
Dans la difficulté de l’enquête et la connaissance qu’acquiert le toponymiste, dira Gérard Tautil, il y a un humanisme. « Il nous garantit contre le discours simpliste sur les origines, éclaire notre compréhension de l’histoire qu’il devient alors plus difficile de fausser » par idéologie.
 
Un discours que ne renierait pas le professeur d’histoire-géographie qui  proposait à ses élèves d’assister à la conférence de Gérard Tautil
Un public intéressé par l'histoire, la science, et le patrimoine local (photo MN)
Un public intéressé par l'histoire, la science, et le patrimoine local (photo MN)

Jeudi 24 Mai 2018
Michel Neumuller





1.Posté par Reinat TOSCANO le 24/05/2018 18:30
Gramací per aquest article. E gramací per avança à tótei lei personas que nos vorran ben ajudar à faire circular l'informacion: cercam d'escolans per la rintrada 2018, per fin de contunhar l'atalhier d'occitan. Lei escolans que se marcaran en classa de 2a saran recampats dins una classa à projècte "patrimòni" (Atge-Mejan e Provença).

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.