Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Exit li cançons en lengas regionali...


La Sacem vient de montrer tout son attachement à la diversité culturelle, à l’occasion d’un concours qu’elle lance.



Reinat Toscano
Reinat Toscano
La setmana passada, m’arriba un corrier de la SACEM, que n’en siéu sòci en tant qu’autor de cançons (pas que n’en viugui grassament, ma se m’es possible de rabalhar un pauc d’escalhòla per lo mieu travalh, li vau pas escupir sobre...).

Aqueu corrier presentava una iniciativa que, en tant qu’autor e ensenhaire, m’agradava forçadament. Si tractava de partecipar à la « Fabrique à chansons », una operacion « per sensibilisar lu escolans au processus de la creacion musicala ».
 
En clar, s’agissia d’intervenir l’an que vèn dins de classas de cors mejan per ajudar lu escolans a crear una cançon que deuran pi interpretar.
 
La publicitat mencionava : « en langue française ou, pour les collectivités d'outre-mer, en créole ». En creòle? Bèla iniciativa, que sovent li lengas regionali son laissadi de caire...
 
Alora, ieu, autor occitan, mi meti à pantaiar e li escrivi per li demandar: «Perqué en creòle e pas en occitan, en còrse, etc?»
 
La respoasta m’es arribada tres jorns après: « L’appel à candidature a été modifié pour ne mentionner que l’écriture de chanson en langue française.»
 
Coma aquò, li aurà pas de gelós, minga lenga regionala serà tractada pèjor d’una autra...
 
En clar, la SACEM vòu ben ajudar à la creacion, menar lu pichoi vèrs la creacion, ma solament en francés... En esperant que l’estapa seguenta non serà de mi demandar de remborsar tot cen que m’an ja pagat per li mieu cançons en niçard...

Mardi 19 Mai 2015
Reinat Toscano





1.Posté par Joan Francés Coppat le 30/05/2015 17:20
ALORA PERQUE PAS ESCRIURE una cançon ambe qualques paraulas provençalas copiadas de Pagnol qu'es un autor francés non ?

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.