Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Estefan Jardin : retra d’un aparaire dóu prouvençau e de l’armenita


Ce jeune Vauclusien passionné de langues et traditions est Arménien par sa mère. La diversité des origines découverte et approfondie sans que la famille y pousse, va décider de sa vie future : prof de langue d’oc et soutien de projets culturels en Arménie. Portrait.



"Au village, il y avait une école félibréenne, et deux cours par mois" (photo AC DR)
"Au village, il y avait une école félibréenne, et deux cours par mois" (photo AC DR)
Acò debuto proun lèu, dins lou brès. Dintre li discous de tóuti li jour, en francés, s'apoundon de mot en lengo d'o, en armenian.

Li grand d'Estefan dison de paraulo que tocon lou cor dóu drouletoun. Escouto, atentiéu, li cansoun de soun paire e de sa maire. Ben lèu, es empregna de tres culturo : franceso, prouvençalo e armeniano.

Es subretout vers la lengo d'o que se viro en 2004. « Au vilage, i avié uno escolo felibrenco, anave i cous dóu ser un cop pèr quingeno pèr descurbi vertadieramen la lengo que m'agradavo » esplico lou jouvènt.

Noun a que 8 an e a ja la voulounta d'aprefoundi ço qu'ausis à l'oustau. Aro estudìo en premiero annado d’Oucitan a l’Universita de Mount-Pelié ; e passara un jour lou Capes de lengo d’O.

«I a agu uno certano retengudo, 'mé uno remesso en questioun»

En route pour l'enseignement de la langue d'oc (photo AC DR)
En route pour l'enseignement de la langue d'oc (photo AC DR)
Pamens, descuerb lèu que soun interès pèr li lengo familialo èro pas espera. «Devié pas nàisse, que pèr éli se tratavo de la culturo dis ancian, e la trasmetre sarié esta anourmau» analiso Estefan.

E d'apoundre « es interiourisa, di dous cousta de la famiho es la memo causo : i avié quàuqui mot, mai quouro ai vougu n'en sabé mai, i a agu uno certano retengudo, 'mé uno remesso en questioun ».

Di cansoun éu passo i revisto leissado aperaqui apereila e legis. Au coulège manco de countunia soun aprendissage, pièi vèn la poussibleta, au licèu de Bouleno, de prene de cous e de passa lou prouvençau au bacheleirat.

« Ai aprés, d'asard, quouro a faugu s'iscriéure au Bac, que poudiéu passa lou prouvençau en LV2 ».

D'en proumié tenta pèr l'agriculturo e lou coumèrci, Estefan reflechis, touto sa terminalo, sus soun endeveni.

« Me siéu demanda  “ de qué faire dóu prouvençau ?”  e pièi ai agu envejo de trasmetre aquelo culturo » se remèmbro l'estudiant.

Engaja sus uno draio esprouvènto, Estefan realiso que soun percous sara dificile. « Pèr passa lou CAPES, ai degu chausi un double cursus emé l'óucitan, qu'es l'istòri».

En de qué s'apoundon « mai d'esfors sus l'ourtougràfi mistralenco » que Estefan dèu mestreja fin de defugi lou mescladis emé la grafìo classico. 

Un estacamen especifi à l'Armenìo

« Dóu cousta de ma maire i avié tambèn de revisto e un disque en armenian que viravo » esplico Estefan.

Un « interès repourta » coumo dis, éu qu'avié pensa d'intra dins un coulège armenian de Marsiho e viéure en Armenìo.

" Ère forço apassiouna perqué Armenìo èro ja uno terro miéuno avans qu'i pausèsse li pèd » apound-ti.

Estefan a chausi d'estudia e d'ensigna la lengo d'o, mai estimo èstre « un Prouvençau natiéu e un Armenian de Franço ».

De fa, s'implico tant dins li manifestaticioun à l'entour de l'Óucitàni que de sis óurigino. Lou centenàri dóu genoucide armenian a forço d'impourtanço pèr l'estudiant que participo à d'ativeta diverso coumo « li proujeicioun, li mostro, li coulòqui ».

E counfiso d'aiours : « Ai pèr voulounta tambèn de participa à de proujèt de tipe universitàri en Armenìo ». 
Une famille arménienne au bout du voyage, en 1915-16. Leurs descendants auront un riche destin dans leurs pays d'accueil, sans oublier leurs origines (photo Pères Mékarhistes, Ile St-Lazare, Venise)
Une famille arménienne au bout du voyage, en 1915-16. Leurs descendants auront un riche destin dans leurs pays d'accueil, sans oublier leurs origines (photo Pères Mékarhistes, Ile St-Lazare, Venise)

Vendredi 24 Avril 2015
Amy Cros





1.Posté par Mirèio BASTET le 29/04/2015 17:03
Fai gau de vèire un jouine apara la lengo d'O !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.