Aquò d'Aqui


L’occitan enseigné “dans le cadre de l’horaire normal”

Ne rêvons pas, loi Molac ou pas, l’emploi du temps continuera à proposer le choix à l’élève : occitan ou repas de midi ? Il convient de préparer la réaction dès maintenant, question d’égalité.

Bien qu’elle fut amputée par le Conseil Constitutionnel de dispositions majeures, la Loi Molac enfin promulguée autorise quelques avancées pour l’enseignement des langues régionales. Ainsi, théoriquement les “heures poivre” auront vécues et l’occitan devrait rejoindre les matières qui ont droit à des horaires “normaux”.

 

Mais théoriquement et pas plus… il est donc temps pour les défenseurs de se mobiliser. La rentrée scolaire doit être préparée.


















            partager partager

Derc’hen sera Derchen


RENNES. Une famille bretonne ne peut prénommer son enfant en breton pour une question graphique.



Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Pau de causo chanjon souto lou soulèu… ja en 1986 li avié agu lou cas d’aquéu paire qu’èro ana à sa coumuno bretouno per li declara son caganis coumo « Assedig ». Voulié faire passa son gounfle d’èstre au caumage per uno bretounisacioun dóu pichot noum dóu drole… E lou prefèt, qu’ignouravo tout d’aquelo marrido galejado, li avié anula la declaracioun de neissudo, perqué dins nostro republico li avié gis de plaço per li pichot noum bretoun.
 
Emé lou recènt afaire de Rennes, s’agis pas d’uno galejado. Uno famiho a vòugu declara soun na coumo Derc’hen. Pamens, lo premié cònsou ajoun li a di que noun. Resoun invoucado, uno circulàri de l’Estat qu’enebis lis apoustrofo dins li pichot noum !
 
« Avian pas l’envejo de li refusa, mai sian souto l’autourita dóu Proucurour de la Republico per acò » dis Marc Hervé, lo cònsou  ajoun à l’Amenistracioun de Rennes ; «  e li a uno circulàri dóu 23 de juiet de 2014 qu’enebis la majo part di ligaturo e di signe diacriti dins lis ate civil ».
 
E l’apoustroufe coumo lou tilde « ñ » semblon impoussible en Franço. Maucoura, Marc Hervé coumento : «  me semblo, à iéu, que l’Unita de la Republico sera pas en dangié per un apoustrofe, noun ? »
 
Emé d’àutris elegi bretoun, a escri à la Gardo di Sagèu, per li demana de lèu-lèu moudifica aquel article dóu 23/07/2014.
 
Emé regularita lou proucurour demano de chanja un pichot noum. En generau se baso sus « l’interés de l’enfant » per lou decidir. Per exemple, li es pas esta poussible, a la famiho Renault, de prenouma sa fiho « Mégane ». La Lèi s’es pas pausa la questioun de saupre se serié pas mai lougi d’enebi ei marco d’autoumoubilo de noumeja si moudèl d’un pichot noun uman.

Jeudi 15 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Chanjar la Constitucion ? Dins l'Aquò d'Aquí d'estiu ne'n parlam
Dison que...

Quid de Mayotte ?

A la rentrée notre mensuel vous proposera une enquête fouillée sur la société du plus récent des départements français, dont la reconnaissance de la langue formait part de la loi Molac.

Que saviez vous de la politique de promotion du créole à la Réunion ? Et question subsidiaire, que savez vous vraiment de l’Ile de Mayotte, des tensions historiques et culturelles qui travaillent ce département français, dont seuls de rares échos parviennent en Métropole ?

 

Une des grandes satisfactions de notre journal reste de pouvoir vous en dire plus sur des des situations et des enjeux qui échappent à beaucoup.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.