Aquò d'Aqui








Vau mielhs èstre Parisenc...

SENANQUE. Menacée d'écroulement l'emblématique cistercienne du Vaucluse, malgré sa notoriété, ne recueille pas en un an, le trois centième de l'argent que Notre Dame de Paris a recueilli en 24 heures.

Vos ne'n rementatz ? En un jorn, fa pauc, lei grandei entrepresas an promes mai d'un miliard d'€uròs per un monument parisenc emblematic.

En Provença, fa un an que la Glèisa assaja de trobar tres cents còps mens, e lei mecenas, l'i vesem pas.

Fau èstre Parisenc.







            partager partager

Derc’hen sera Derchen


RENNES. Une famille bretonne ne peut prénommer son enfant en breton pour une question graphique.



Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Pau de causo chanjon souto lou soulèu… ja en 1986 li avié agu lou cas d’aquéu paire qu’èro ana à sa coumuno bretouno per li declara son caganis coumo « Assedig ». Voulié faire passa son gounfle d’èstre au caumage per uno bretounisacioun dóu pichot noum dóu drole… E lou prefèt, qu’ignouravo tout d’aquelo marrido galejado, li avié anula la declaracioun de neissudo, perqué dins nostro republico li avié gis de plaço per li pichot noum bretoun.
 
Emé lou recènt afaire de Rennes, s’agis pas d’uno galejado. Uno famiho a vòugu declara soun na coumo Derc’hen. Pamens, lo premié cònsou ajoun li a di que noun. Resoun invoucado, uno circulàri de l’Estat qu’enebis lis apoustrofo dins li pichot noum !
 
« Avian pas l’envejo de li refusa, mai sian souto l’autourita dóu Proucurour de la Republico per acò » dis Marc Hervé, lo cònsou  ajoun à l’Amenistracioun de Rennes ; «  e li a uno circulàri dóu 23 de juiet de 2014 qu’enebis la majo part di ligaturo e di signe diacriti dins lis ate civil ».
 
E l’apoustroufe coumo lou tilde « ñ » semblon impoussible en Franço. Maucoura, Marc Hervé coumento : «  me semblo, à iéu, que l’Unita de la Republico sera pas en dangié per un apoustrofe, noun ? »
 
Emé d’àutris elegi bretoun, a escri à la Gardo di Sagèu, per li demana de lèu-lèu moudifica aquel article dóu 23/07/2014.
 
Emé regularita lou proucurour demano de chanja un pichot noum. En generau se baso sus « l’interés de l’enfant » per lou decidir. Per exemple, li es pas esta poussible, a la famiho Renault, de prenouma sa fiho « Mégane ». La Lèi s’es pas pausa la questioun de saupre se serié pas mai lougi d’enebi ei marco d’autoumoubilo de noumeja si moudèl d’un pichot noun uman.

Jeudi 15 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí de setèmbre vos espèra !
Dison que...

Ce que peut la volonté

Au cœur des Pyrénées, ce dimanche, et pour la 32 ème fois Catalans et Occitans ont renouvelé les gestes de fraternité, qui se rient des frontières politiques.

Au fond, et selon les critères habituels des Etats contemporains et du monde global, rien ne prédispose Occitans et Catalans à rechercher sans relâche l’occasion d’affirmer une fraternité qui ne va pas tant de soi.

Ce que peut la volonté


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.