Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Derc’hen sera Derchen


RENNES. Une famille bretonne ne peut prénommer son enfant en breton pour une question graphique.



Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Le français langue de la République jusqu'à l'absurde (Photo XDR)
Pau de causo chanjon souto lou soulèu… ja en 1986 li avié agu lou cas d’aquéu paire qu’èro ana à sa coumuno bretouno per li declara son caganis coumo « Assedig ». Voulié faire passa son gounfle d’èstre au caumage per uno bretounisacioun dóu pichot noum dóu drole… E lou prefèt, qu’ignouravo tout d’aquelo marrido galejado, li avié anula la declaracioun de neissudo, perqué dins nostro republico li avié gis de plaço per li pichot noum bretoun.
 
Emé lou recènt afaire de Rennes, s’agis pas d’uno galejado. Uno famiho a vòugu declara soun na coumo Derc’hen. Pamens, lo premié cònsou ajoun li a di que noun. Resoun invoucado, uno circulàri de l’Estat qu’enebis lis apoustrofo dins li pichot noum !
 
« Avian pas l’envejo de li refusa, mai sian souto l’autourita dóu Proucurour de la Republico per acò » dis Marc Hervé, lo cònsou  ajoun à l’Amenistracioun de Rennes ; «  e li a uno circulàri dóu 23 de juiet de 2014 qu’enebis la majo part di ligaturo e di signe diacriti dins lis ate civil ».
 
E l’apoustroufe coumo lou tilde « ñ » semblon impoussible en Franço. Maucoura, Marc Hervé coumento : «  me semblo, à iéu, que l’Unita de la Republico sera pas en dangié per un apoustrofe, noun ? »
 
Emé d’àutris elegi bretoun, a escri à la Gardo di Sagèu, per li demana de lèu-lèu moudifica aquel article dóu 23/07/2014.
 
Emé regularita lou proucurour demano de chanja un pichot noum. En generau se baso sus « l’interés de l’enfant » per lou decidir. Per exemple, li es pas esta poussible, a la famiho Renault, de prenouma sa fiho « Mégane ». La Lèi s’es pas pausa la questioun de saupre se serié pas mai lougi d’enebi ei marco d’autoumoubilo de noumeja si moudèl d’un pichot noun uman.

Jeudi 15 Février 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 67

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.