Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

"De marrit muscle n’ia ges aquí"



Près de 800 tonnes de moules sont produites dans la rade de Toulon, c’est-à-dire exclusivement à La Seine. Michel Boutemer revendique le titre de « petit producteur », fournissant un public de proximité, en moules bien iodées. Les amateurs apprécient.



Conèissètz lo provèrbi : « de Sant-Chamas pòdon pas sortir de marrits muscle s ». Es tot parier de la rada de Tolon, qu’en veritat es bèn a La Seina que s’enantissan lei muscles. Set mitilicultors i vivon que proveson mai de 800 tonas l’an. Michèu Boutemer es un d’aquelei, e pas lo mai gròs. « De demorar pichon, aquò es la condicion per gardar la soplessa de causir qualei menas de muscles vòli abalir, de gardar lo contacte ambe de praticas dau relarg seinenc, e de m’investir dins la qualitat puslèu que dins la quantitat ».

 Sus lei plancas de son norrigatge, lei paus bèn trempats dins la mar, aganta un bornèu de PVC, e li enmancha dos fielats : un bèn fin que serà degradat dins un mes pas mai, e un mai gròs, de nilon. Puèi, d’una caissa que sortisse de l’aiga, tira de ponhadas de muscles e lei descarracha pauc a chapauc, per n’en emplir la mancha de fielats. Enfin, un còp esperlongat un fielàs de tres metras que sembla un bodin, l’imerge per mai d’un an. « Se lei dauradas li manjan pas, seràn de gròssas ! ».

 Michèu Boutemer es mitilicultor despuèi vint ans, e conèis bèn son mestier. Ambe sei 150 tonas per an, pòu viure de son activitat. « M’arriba meme de prendre de vacanças. Lei muscles an pas besonh de ma presencia coma lei pèis, qu’avans èri aquaucultor. E son mens pertocats per de malautias ».

 Solament, i a tant e tant de muscles sus lo mercat, que fau bèn causir sa produccion. Lei pichonas se vendon pas car, que son fòrça produchas. Lei gròssas, per farcir, son mai interessantas. Lei aubergistas lei prenon aisadament. « Mai fau sacher que lei fau abalir mai de dos ans », còntra 18 mes per d’autrei.o provèrbi : « de Sant-Chamas pòdon pas sortir de marrits muscles ». Es tot parier de la rada de Tolon, qu’en veritat es bèn a La Seina que s’enantissan lei muscles. Set mitilicultors i vivon que proveson mai de 800 tonas l’an. Michèu Boutemer es un d’aquelei, e pas lo mai gròs. « De demorar pichon, aquò es la condicion per gardar la soplessa de causir qualei menas de muscles vòli abalir, de gardar lo contacte ambe de praticas dau relarg seinenc, e de m’investir dins la qualitat puslèu que dins la quantitat ».

 

 

Il emplit un double filet de moules, puis l'immerge pour plus d'un an : "si les daurades ne me les mangent pas, ce seront des grosses ! (photo MN)
Il emplit un double filet de moules, puis l'immerge pour plus d'un an : "si les daurades ne me les mangent pas, ce seront des grosses ! (photo MN)

La qualité plutôt que la quantité, mais l'élevage dure plus longtemps

Sus lei plancas de son norrigatge, lei paus bèn trempats dins la mar, aganta un bornèu de PVC, e li enmancha dos fielats : un bèn fin que serà degradat dins un mes pas mai, e un mai gròs, de nilon. Puèi, d’una caissa que sortisse de l’aiga, tira de ponhadas de muscles e lei descarracha pauc a chapauc, per n’en emplir la mancha de fielats. Enfin, un còp esperlongat un fielàs de tres metras que sembla un bodin, l’imerge per mai d’un an. « Se lei dauradas li manjan pas, seràn de gròssas ! ».
 
Michèu Boutemer es mitilicultor despuèi vint ans, e conèis bèn son mestier. Ambe sei 150 tonas per an, pòu viure de son activitat. « M’arriba meme de prendre de vacanças. Lei muscles an pas besonh de ma presencia coma lei pèis, qu’avans èri aquaucultor. E son mens pertocats per de malautias ».
 
Solament, i a tant e tant de muscles sus lo mercat, que fau bèn causir sa produccion. Lei pichonas se vendon pas car, que son fòrça produchas. Lei gròssas, per farcir, son mai interessantas. Lei aubergistas lei prenon aisadament. « Mai fau sacher que lei fau abalir mai de dos ans », còntra 18 mes per d’autrei.
 
En veritat, leis muscles de La Seina, son camarguesas. Es coma aquò despuei que lei sorgent s sotamarins son, siegue agotat s, siegue captadas per provesir lei abitants de Sant-Mandrier. « Lo muscle a besonh d’aiga dolça per bèn se desvelopar, es per aquò qu’ara m’en vau querre a Pòrt Sant Loís la « grana », valènt a dire lei pichòts muscles que farai créisser au nòstre » que ditz encara Michèu Boutemer.
 
Lei muscles, dins la rada, « sabian pas de que n’en faire tant n’en aviá, vaquí sèissanta ans. Ara a bèn chanjat ! » Pasmens, amb una aiga mai salada, lo muscle seinenc sembla mai chanut per leis amators de la frucha de mar, aquelei que se fan un ventre d’ústrias, d’arapèdas, d’orsins e de totei leis autrei cauquilhas de mar. E s’agantan pas una brava caganha, es que lo mitan marin de La Seina es bòn. Un solet còp aquelei darrièreis annadas siguèron enebidas de venda, totei aquelei. Un malur per lei productors, que devon alòr, per subreviure, vendre de cauquilhas espanhòlas.

Mardi 8 Mai 2012
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.