Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

De ciutats de pensar ‘mé la chavana

Crues et inondations sont aggravées par un aménagement "tout béton"


A Montpellier, quoique l'ensemble des TV puisse le dire à longueur de journaux, la pluie violente et persistante n'a pas été la seule responsable. Les répandeurs de bitume et de béton à tout va ont aussi leur part de responsabilité. En région méditerranéenne les éléments sont furieux, les aménageurs doivent en tenir compte.



En quauqueis oras Montpelhier s’es ennegada a la mescla deis aigas dau cèu e dau Lez.

Segur, l‘i a un moment que l’òme a plus que de baissar lei braç davant l’achiniment deis elements. Se vesèm alòr tot pichons. Nos restariá pus que de pregar.

Le goudron fait le torrent urbain

Pasmens l’evolucien d’aquela vila que devèn capitala, amé lei avis que mai que d’un aurà donat sus l’envaïment deis aigas despuei d’annadas, tot aquò nos fa pensar que, s’es pas enebit de s’adreiçar a Dieu, rèsta pron de marge per exigir dei decidaires ben umans de chanjar son biais de fabricar l’urban.

E ce qu’es verai per Montpelhier l’es encara per lo Var, onte lei gròsseis aigas an devastat tota la riba de mar en 2010 e 2011, o per Nimes que s’es transformada en flume mai que d’un còp ; o de Marselha onte la montada d’aigas subita fa pas que de chaplar lei garris dei conduchs.

Es que, meme avans que se parle de rescaufament climatic, la chavana s’èra acostumada de devastar lei ciutats, avans que de laissar plaça au soleu e a la patz a pena una ora après.

Segur, un eveniment rare, un amolonatge de nívols que bolegan plus a fach tombar sus Montpelhier l’aiga de tres mes e mieg.

Mai aquela aiga s’es acampada subran dins de baçins de betum, que li diam de carrieras, de parcaments de veituras o encara d’esplanadas e autrei plaças onte lo minerau a, pauc a chapauc, tapat chasque centimètre carrat de tèrra.

Que vaquí de bèus torrents, de polideis ondassas que nègan de vidas entieras e te meton la paur au ventre, puei, chasque còp qu’un nívol se fa veire !

Tot aquò artificialament.

Seriá de saupre se leis aigas se serián auçadas tot parier, se tèrras e èrbas èran pas estadas estofadas per lo quitran de’n pertot ?

Fa vint ans, una nuech d’automna entre Ais e Marselha, leis aigas tombèron tant e mai. A z-Ais, lei cabucèus dei conduchs avián sautat e l’aiga blanca sorgissiá a un mètre d’autor, sota la lutz de la luna.

Lei carrièras s’èron entorrentadas e l’aiga druda èra de’n pertot. Levat dins un quartier onte lei jardins èron a-de-rèng.

Tre que lo quitran espandissiá plus son empèri, la tèrra èra, segur, ren qu’una esponga ben trempada ; mai au mens semblava plus lei casudas dau Niagara.

A Montpelhier, lo cèu s’encanhèt pas pron per tuar. Mai s’èra arribat am'aquela chavana , segur que l’urbanista auriá agut sa part de responsabilitat.

Mercredi 1 Octobre 2014
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.