Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

De ciutats de pensar ‘mé la chavana

Crues et inondations sont aggravées par un aménagement "tout béton"


A Montpellier, quoique l'ensemble des TV puisse le dire à longueur de journaux, la pluie violente et persistante n'a pas été la seule responsable. Les répandeurs de bitume et de béton à tout va ont aussi leur part de responsabilité. En région méditerranéenne les éléments sont furieux, les aménageurs doivent en tenir compte.



En quauqueis oras Montpelhier s’es ennegada a la mescla deis aigas dau cèu e dau Lez.

Segur, l‘i a un moment que l’òme a plus que de baissar lei braç davant l’achiniment deis elements. Se vesèm alòr tot pichons. Nos restariá pus que de pregar.

Le goudron fait le torrent urbain

Pasmens l’evolucien d’aquela vila que devèn capitala, amé lei avis que mai que d’un aurà donat sus l’envaïment deis aigas despuei d’annadas, tot aquò nos fa pensar que, s’es pas enebit de s’adreiçar a Dieu, rèsta pron de marge per exigir dei decidaires ben umans de chanjar son biais de fabricar l’urban.

E ce qu’es verai per Montpelhier l’es encara per lo Var, onte lei gròsseis aigas an devastat tota la riba de mar en 2010 e 2011, o per Nimes que s’es transformada en flume mai que d’un còp ; o de Marselha onte la montada d’aigas subita fa pas que de chaplar lei garris dei conduchs.

Es que, meme avans que se parle de rescaufament climatic, la chavana s’èra acostumada de devastar lei ciutats, avans que de laissar plaça au soleu e a la patz a pena una ora après.

Segur, un eveniment rare, un amolonatge de nívols que bolegan plus a fach tombar sus Montpelhier l’aiga de tres mes e mieg.

Mai aquela aiga s’es acampada subran dins de baçins de betum, que li diam de carrieras, de parcaments de veituras o encara d’esplanadas e autrei plaças onte lo minerau a, pauc a chapauc, tapat chasque centimètre carrat de tèrra.

Que vaquí de bèus torrents, de polideis ondassas que nègan de vidas entieras e te meton la paur au ventre, puei, chasque còp qu’un nívol se fa veire !

Tot aquò artificialament.

Seriá de saupre se leis aigas se serián auçadas tot parier, se tèrras e èrbas èran pas estadas estofadas per lo quitran de’n pertot ?

Fa vint ans, una nuech d’automna entre Ais e Marselha, leis aigas tombèron tant e mai. A z-Ais, lei cabucèus dei conduchs avián sautat e l’aiga blanca sorgissiá a un mètre d’autor, sota la lutz de la luna.

Lei carrièras s’èron entorrentadas e l’aiga druda èra de’n pertot. Levat dins un quartier onte lei jardins èron a-de-rèng.

Tre que lo quitran espandissiá plus son empèri, la tèrra èra, segur, ren qu’una esponga ben trempada ; mai au mens semblava plus lei casudas dau Niagara.

A Montpelhier, lo cèu s’encanhèt pas pron per tuar. Mai s’èra arribat am'aquela chavana , segur que l’urbanista auriá agut sa part de responsabilitat.

Mercredi 1 Octobre 2014
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.