Aquò d'Aqui


            partager partager

Dans notre prochain mensuel


La réforme des lycées, les raisons de revêtir le gilet jaune, la politique publique en faveur de l'occitan... et l'origine de la "cagole", de tout cela nos abonnés seront informés en mars.



Dans notre prochain mensuel
Nous pouvons déjà vous dire que dans l'Aquò d'Aquí de mars, que nous sommes en train de boucler, vous pourrez trouver un dossier sur l'élimination de l'enseignement d'occitan des lycées, programmé par la réforme du ministre Michel Blanquer : enquête, reportage, éditorial...L'affaire est gravissime car elle pourrait par effet de cascade, éliminer l'apprentissage de notre langue historique du système éducatif public.

La société va mal, on le sait. A côté des chômeurs et retraités ruraux, d'autres catégories vêtissent le désormais fameux "gilet jaune". A l'Université aussi : nous dressons le portrait d'une doctorante en occitan, elle nous explique ses raisons.

Les collectivités sont elles prêtes à lancer une politiques de récupération de la langue d'oc et de l'affirmer dans l'espace public ? Nous voyons ce qu'il en est avec le maire de Narbonne et avec le Conseil Départemental des Alpes-de-Haute-Provence.

Il y aura beaucoup d'autres choses dans le prochain Aquò d'Aquí...Mais les amateurs de parler régional, parmi nos abonnés,  seront heureux de savoir qu'ils pourront y trouver, sinon l'origine, du moins la plus ancienne mention connue du terme "cagole", il y a bien des siècles...Là on ne vous en dit pas plus.  Mais nos abonnés sauront bientôt.

Rejoignez les en vous abonnant dès maintenant, et pour le prix d'un restaurant, contribuez à sauver la langue d'oc comme idiome de l'information d'actualité.

Jeudi 14 Février 2019
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.