Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Dans notre panthéon mental


Elles ou ils apprennent l’occitan à Pernambouc, Nagoya ou Amsterdam. Nous leur gardons une place particulière en nous, celle qu’on réserve aux amis chers.



Comme nous le disait voici deux ans ce personnage à la fois modeste et important qu’est Naoko Sano  : « si je parle anglais, certes je peux parler à n’importe qui ; mais si je parle occitan, je peux parler à des gens particuliers avec qui j’aurai un rapport unique».
 
C’est ce qu’en d’autres termes, dit le site commercial Babbel.com, à qui, précisons-le, nous ne facturons aucune publicité.

Du Japon, du Brésil ou d'ailleurs, ils nous ont offert leur intérêt, nous en faisons nos amis

Pour promouvoir ses cours en ligne, il cite Nelson Mandela, rien que ça ! « Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela va à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, cela lui va droit au cœur. »
 
Un certain Michael Yourden développe sur ce site (qui ne propose pas, toutefois, l'apprentissage de langues dites minoritaires) un discours qui nous le rend plus que sympathique : « la mort d’une langue minoritaire est une perte pour chacun. Si vous voulez attirer l’attention du monde sur une culture et contribuer à sa préservation, la meilleure façon de le faire est d’apprendre sa langue. »
 
Nous connaissons quelques-uns de ces Catalans, Japonais, Allemands, Slovènes, ou Brésiliens, qui ont appris l’occitan, ont séjourné chez nous pour cela, et s'y sont intéressés à autre chose qu’au Mont Ventoux, aux plages, ou au vins.
 
Nous pouvons tous en citer un ou une. Ils sont installés de leur vivant dans notre panthéon mental et affectif.

C’est vrai, nous ne pourrons jamais avoir avec le touriste que nous renseignons en anglais la relation que nous avons avec ces afogats lointains de la langue d'oc, parce qu'à travers elle, ils ont cherché à vraiment nous connaître.
 
Ils sont parfois nos ambassadeurs chez eux. Certains ont publié des lexiques ou des dictionnaires, à l’attention de leurs concitoyens... ou des nôtres ; cela s’est vu. Grâce à eux, nous sommes un peu plus vivants avec notre langue occitane, qu’en France on dit si volontiers morte.
 
Mais le simple effort qu’ils ont fait pour emprunter notre « véhicule culturel majeur », nous les rend précieux. Cette semaine nous avons une pensée pour eux, pour elles, où qu’ils ou elles soient dans le monde.
 
Nos amis.

Mercredi 8 Juillet 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.