Aquò d'Aqui

2021...

Aquò d'Aquí vous souhaite la meilleure année possible et sera aux côté de tous ceux qui défendent activement la transmission de notre langue d'oc.

A tous ceux qui ont fermé la porte de 2020 en criant “bon débarras, année de m…”, nous devons hélas le dire, 2021 risque de ne pas être meilleure pour la convivialité, et le retour de flammes économique brulera plus qu’il ne réchauffera. Désolé de ne pas être optimiste. Nous adorerions pourtant !

 


















            partager partager

Cinquante ans


Depuis un demi siècle Radio France définit ses politiques dans une tour ronde. D'Ivoire ? Il est temps que la Radio Publique s'ouvre franchement aux langues de France.



Ah! Radio France et ses déclinaisons.

La grande maison circulaire a 50 ans. 

Cet organisme conçu pour être la voix de la France n'a pas plus que d'autres essayé d'étouffer les autres langues de France.



Ses différentes stations thématiques ont même pu contribuer à les faire connaître. France Culture a programmé plusieurs émissions consacrées à l'occitan ces deux dernières années.

Nous avons encore en mémoire une émission à épisodes consacrée à la musique des troubardours...sur France Musique en 1982!

FIP faisait entendre des groupes trads comme Mont-Jòia, en 1980 déjà.

Et quelques uns ont pu s'apercevoir qu'ils comprenaientt absolument tout ce que disait un chroniqueur sur la station provençale, à qui on laissait une demi-heure hebdomadaire, très, très nocturne. Nous étions en 1982.

Bref, la porte n'était pas complètement fermée à la langue d'Oc. Mais elle n'était pas grande ouverte non plus.

En fait c'est  dans les antennes régionales qu'on l'attendait surtout.

C'est là qu'elle a manqué le plus. Les directeurs d'antenne ont eu beau se succéder, aucun n'avait envie.

Et les chargés de mission "langues régionales" que les stations se créaient n'étaient tout bonnement pas entendus.

Temps perdu! Mauvaise volonté à tous les étages.

Les décideurs ne veulent pas de quoi que ce soit qui ne soit "people", ils ne veulent rien qui fasse "bouseux".

Et ils ont le pouvoir de s'asseoir sur le cahier des charges qui leur fait obligation de diffuser des émissions en langues régionales. 

Ils confondent avec beaucoup de mauvaise foi une émission de vulgarisation à propos de l'occitan, avec une émission en occitan. Cela leur permet de dire qu'ils font ce qu'ils ne font pas.

Le folklore leur convient, mais faire savoir que la création se décline en provençal leur est inconcevable.

Ces gens là ont une tour Eiffel dans la boîte crânienne ; ça les aide à transmettre mais pas beaucoup à réfléchir "régional". Pour des antennes régionales, ce n'est pas un avantage.

A cinquante ans il est temps que Radio France comprenne qu'elle émet dans un pays aux multiples cultures, et qu'elle considère que la francophonie doit promouvoir les langues de France, et non le seul français.






Mercredi 18 Décembre 2013
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

2021... - 08/01/2021

Oui, une crise - 19/03/2020

1 2 3 4 5 » ... 33

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
L'Aquò d'Aquí de février attend votre abonnement

Dison que...

Légendes populaires de Provence

Une part de notre identité, celle de l'imaginaire populaire, nous est à nouveau restituée avec rigueur et avec cœur par Jean-Luc Domenge. Mais attention ! cette fois, particulièrement, l'ouvrage a besoin de votre concours pour naître.

Dans la Val Maire, dans cette Italie qui parle occitan, un dragon se mit en tête de tout dévaster. Un vrai psychopathe. Alors sur le conseil d’une habitante toute la communauté passa un cours d’eau, et se mit sous la protection de la fée de la rivière.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.