De l’alfa e de l’òmega de la ciutat

Les habitants d'une ville doivent pouvoir officiellement co-construire les projets urbains. Faute de quoi, le jeu est fermé, et dangereux : des spéculateurs favorisent une équipe politique qui servira leurs intérêts. Et les conséquences peuvent être dramatiques.

Aperaquí detz mila personas dimècres de sera manifestavan còntre l’incuria dau municipe marselhès que laissa en risc d’espòutir mai que mai d’imòbles dau centre ancian.
De l’alfa e de l’òmega de la ciutat






            partager partager

Cinquante ans


Depuis un demi siècle Radio France définit ses politiques dans une tour ronde. D'Ivoire ? Il est temps que la Radio Publique s'ouvre franchement aux langues de France.



Ah! Radio France et ses déclinaisons.

La grande maison circulaire a 50 ans. 

Cet organisme conçu pour être la voix de la France n'a pas plus que d'autres essayé d'étouffer les autres langues de France.



Ses différentes stations thématiques ont même pu contribuer à les faire connaître. France Culture a programmé plusieurs émissions consacrées à l'occitan ces deux dernières années.

Nous avons encore en mémoire une émission à épisodes consacrée à la musique des troubardours...sur France Musique en 1982!

FIP faisait entendre des groupes trads comme Mont-Jòia, en 1980 déjà.

Et quelques uns ont pu s'apercevoir qu'ils comprenaientt absolument tout ce que disait un chroniqueur sur la station provençale, à qui on laissait une demi-heure hebdomadaire, très, très nocturne. Nous étions en 1982.

Bref, la porte n'était pas complètement fermée à la langue d'Oc. Mais elle n'était pas grande ouverte non plus.

En fait c'est  dans les antennes régionales qu'on l'attendait surtout.

C'est là qu'elle a manqué le plus. Les directeurs d'antenne ont eu beau se succéder, aucun n'avait envie.

Et les chargés de mission "langues régionales" que les stations se créaient n'étaient tout bonnement pas entendus.

Temps perdu! Mauvaise volonté à tous les étages.

Les décideurs ne veulent pas de quoi que ce soit qui ne soit "people", ils ne veulent rien qui fasse "bouseux".

Et ils ont le pouvoir de s'asseoir sur le cahier des charges qui leur fait obligation de diffuser des émissions en langues régionales. 

Ils confondent avec beaucoup de mauvaise foi une émission de vulgarisation à propos de l'occitan, avec une émission en occitan. Cela leur permet de dire qu'ils font ce qu'ils ne font pas.

Le folklore leur convient, mais faire savoir que la création se décline en provençal leur est inconcevable.

Ces gens là ont une tour Eiffel dans la boîte crânienne ; ça les aide à transmettre mais pas beaucoup à réfléchir "régional". Pour des antennes régionales, ce n'est pas un avantage.

A cinquante ans il est temps que Radio France comprenne qu'elle émet dans un pays aux multiples cultures, et qu'elle considère que la francophonie doit promouvoir les langues de France, et non le seul français.






Mercredi 18 Décembre 2013
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Marseille la tartuferie a assez duré

MARSEILLE. Etudiant en sciences politiques, Julien Bonnefont a consacré un mémoire au rapport entre urbanisme et population à Marseille au mitan des années 2010. Comme d’autres, il pointait à l’époque les risques induits par un laisser-aller des pouvoirs municipaux quant aux populations modestes de la ville-port.

Marseille la tartuferie a assez duré
Cinq morts à Marseille, et peut être davantage dans les heures et les jours à venir… Les secours sont à pied d’œuvre rue d’Aubagne pour sauver ce qui peut encore l’être après l’effondrement de trois immeubles en plein centre-ville en début de semaine.  


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.