Aquò d'Aqui


            partager partager

Carestiá de gaz naturau entre Marselha e Lion


Le froid implique plus de consommation de gaz alors que les livraisons se raréfient.



30 GWh par jour manquent au port de Fos (photo XDR)
30 GWh par jour manquent au port de Fos (photo XDR)
A l’ora qu’amé lo gròs freg lo monde consoma totjorn que mai de gas, l’Argèria, nòstre premier provesaire, ne’n liura quasi pus qu’a d’empachas de produccien.
 
« La situacien es puslèu preocupanta dins lo Su-Est » segon Teiriç Trouvé, lo baile de GRTgaz (dau grope Engie). Lo gas arriba en mejana quotidiana au pòrt de Fòs a reson de 40GWh, alòr que se’n consoma 70.
 
Adonc es dins lei jaças soteranhas que leis operators posan de gas despuei de temps, en particulier dins leis ancianei minas de carbon de Manòsca, onte son lei resèrvas estrategicas provençalas.
 
Aquelei jaças devrián ajudar la Regien a consomar quauquei sièis mes, mai a l’ora d’ara « son a un nivèu fòrça bas » qu’a ditz tanben lo baile de GRT gaz dins una conferència de pressa.
 
Lo cimèu de la consomacien de gas devriá arribar lo 19 janvier. Mai l’auça de consomacien es una tendència lorda, amé mai 9,9% en 2016.
 
Lo biometane que nos vèn dei bordilhèts , segur es a auçar pereu, de 20% l’an. Mai en 2016 pas mai de 133 GWH ne’n èron injectats sus lo malhum francès de distribucien.

Mardi 17 Janvier 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.