Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Cafès penjats a Marselha puei autre part

Vous commandez un café...un second est offert à un inconnu désargenté


MARSEILLE; L’Association Café Nostra propose des cafés solidaires. L'initiative fait tâche : onze bars à Marseille, et bientôt ailleurs.



Le café solidaire n'est pas triste à Marseille (photo MN)
Le café solidaire n'est pas triste à Marseille (photo MN)
Caras sorrisentas, bòna umor e cafèina son lei tres elements que distinguiràn lei còlas dau Cafè Penjat.

« L’iniciativa que s’es endraïada a Marselha, devriá s’espandir dins d’autras vilas dau Miegjorn tre lo mes de decembre » precisa Fanny, de l’associacien Café Nostra, faudiu blanc, lesta de vos servir dos pichons negres.

E òc ! dos, bòrd que li aurà aqueu que beuretz, e l’autre, aqueu que serà penjat, esperant una practica qu’a enveja d’un cafè, mai qu’a pas lei dardenas per lo pagar.

L’iniciativa se ditz en francès « café suspendu », mai podriam lo dire pereu « cafè solidàri ».

Nos ditz premier que podem pensar a l’autre coma a quauqu’un qu’a besonh tanben de se faire plaser ; puei que lo cafè es quand meme una compausanta màger de nòstra cultura mediterranèa.

A Marselha trobam mai que d’una beguda dins aquel afaire : onge entre lo Pòrt Vielh e lei Cròtas .

Son sinhaladas per un pegasolet sus la vitrina, e s’i tròbon de cartas. Basta de comandar un cafè amé la carta, n’auretz un, e un autre serà ofrit a un desconeissut que n’a l’enveja.

Santat !

Mercredi 19 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.