Aquò d'Aqui


            partager partager

"Bogre" un filme sus lei catares cerca de sosten




Bogres, que voliá dire "Bulgara", estrangiers au país e à la religion comuna, ja una sòrta d'Aficha Roge...
Bogres, que voliá dire "Bulgara", estrangiers au país e à la religion comuna, ja una sòrta d'Aficha Roge...
Amé de cineastas italians coma Fredo Valla et Elia Lombardo, tota una còla s’entòrna de Bulgaria onte t’an cercat lei piadas dei « bogres », aquelei  fraires dei Catares d’Occitania a l’edat mejan.
 
E ara lei vaquí, amé seis expèrts coma l’istoriana Maria Soresina o l’arma de la Chambra d’òc Inès Cavalcanti, a l’agachon dei dardènas que li permetrián de perseguir aqueu bèu projèct d’un documentari sus lo rapòrt entre diferentei glèisas cataras de tota mena d’una man a l’autra de l’Euròpa.
 
Es aquí que lo projèct de finançament participatiu pòu li adurre l’argent necessari per va faire, e filmar en Lengadòc.  « Serà l’etapa la mai importanta de nòstre viatge, un trabalh de recèrca sus lo nom, e l’istòria dau « Bogre ».
 
Bogre es lo titre dau filme qu’alestisson, un nom pròpri au començament, per dire aqueleis eretics bulgares, puei devenguèt un adjectiu per dire un òme pas clar, e mume pervèrs. Mai darriera aquela denominacion, s’agís de parlar en veritat d’aquela forma d’umanisme que siguèt lo catarisme, ferment de chanjaments capables de trantalhar gançalhar lei pielons dau feudalisme : juraments, inegalitats socialas, guèrras, pausicien inferiora de la frema…
 
A l’ora d’ara la còla a besonh de detz-e-uech mil euròs per endraiar la part francesa dau projèct, una part per lo materiau, una per lei salaris, una autra per viure lo temps dau tornatge.
 
L’operacion s’acabarà lo 13 de febrier, es a dire que s’avetz un pauc a donar, es temps de va faire.

Jeudi 18 Janvier 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.