Aquò d'Aqui


            partager partager

Avec un smartphone et de la dérision le marseillais devient langage de sape

Confinats sens èstre esconfits


Médéric Gasquet-Cyrus a eu carte blanche, depuis sa maison, pour faire du marseillais le langage acide des temps d’enfumage gouvernemental...



"Coiffeur chéri, reviens !" l'émission du 30 mars (photo XDR)
"Coiffeur chéri, reviens !" l'émission du 30 mars (photo XDR)

Avec Médéric Gasquet-Cyrus rendons grâces à Sibeth Ndiaye; la porte parole du gouvernement fut son inusable putching ball durant toute la crise sanitaire : relayant les vérités à géométrie variable de l’Etat sans ciller, sans peur de la contradiction et sans crainte du ridicule elle a inspiré le chroniqueur de la radio publique décentralisée France Bleu.

 

Il a simplement légumisé la malheureuse avant-garde sacrifiée du président Macron en la rebaptisant “Cébette”, et en donnant la parole à l’amaryllidaceae qu’il sortait régulièrement de son frigo.

 

J’ai eu carte blanche, alors pourquoi ne pas partir en vrille, hein !” se régale le linguiste, chroniqueur de France Bleu avec ce “Dites le en marseillais” qui partage le langage local, objet d’étude mais aussi, on vient de le voir, arme fatale de l’humour, trés sensé à travers son apparente absurdité.

 

Confiné dans le pays d’Aix, le chroniqueur s’en est donné à cœur joie durant deux mois, avec un simple smartphone. Certains de ses petits films montés avec l’aide d’un autre animateur, Cédric Frémi, lui au studio, sont devenus viraux. “Il y a eu le 1er avril, quand le confinement m’a rendu fada, et que je suis devenu supporter du PSG...avec l’aide de mon voisin, qui lui l’est vraiment et m’a prêté son attirail”.


Arme de dérision massive

Et puis surtout l’adaptation du discours télévisé d’Emmanuel Macron le 22 avril, “marseillisé” par Médéric. “Là j’ai un peu exagéré...pas dans la caricature, ça c’est le jeu, mais parce que j’ai bêtement parié qu’à 200 000 vues je ferais le tour du jardin en courant tout nu...J’aurais pas dû, on dépasse déjà les 160 000 !”

 

Durant deux mois Médéric Gasquet-Cyrus a fait la démonstration, comme d’autres, qu’avec du temps, de l’estrambòrd, et un bel esprit cynico-critique on pouvait s’adresser à beaucoup de monde pour mettre le doigt là où ça fait mal, avec cette arme de dérision massive, l’humour.

 

Pour autant, l’homme, le citoyen, lui ne rit pas tant que ça. Son ministre de tutelle (Médéric GC enseigne à l’université) Jean-Michel Blanquer “n’a pensé qu’en dépit du bon sens et de toute réflexion à la continuité de l’enseignement public. Mais dans ces circonstances exceptionnelles il fallait évidemment profiter de ce temps mort pour favoriser le dialogue parmi les élèves, et pas leur occuper temps et esprit à ce point !”

 

Comme nous tous probablement, il se pose la question : qu’est-ce qui changera dorénavant, que garderons nous, pour l’avenir, de cette parenthèse de remise en question sociétale ?

 

L’individu passera t’il au collectif ? Je le souhaite, mais avec tous ces apprentis dictateurs, comment inventerons nous de nouvelles alternatives” à un système qu’il a senti en bout de course?

Impertinence en temps de confinement, un temps pour la critique sans être dépressif (photo Fioupélan DR)
Impertinence en temps de confinement, un temps pour la critique sans être dépressif (photo Fioupélan DR)

Petit rappel : tous les mois vous retrouvez Médéric Gasquet-Cyrus à l'écrit dans Aquò d'Aquí mensuel. Abonnez-vous y vite...

Dimanche 10 Mai 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.