Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Au collègi : “Siam coma en plena guerra”

Leis ensenhaires ne'n pòdon plus !


Mardi les enseignants étaient en grève contre les conditions faites en raison de l’épidémie. Sa gestion ministérielle leur semble irréaliste et épuisante. Et les plans alternatifs locaux sont méprisés. Témoignages à Marseille et Pierrelatte.



La grève des enseignants à Marseille (photo SL DR)
La grève des enseignants à Marseille (photo SL DR)

Dimarç èra jornada de cauma dins l’ensenhament public, en rason de l’impossibilitat de respectar lei protocòles sanitaris de l’Estat. “La seguretat sanitari es en veritat oblidada per lo ministèri dins aquel afaire” estima Joan, professor de francès e occitan a Pèiralata, dins una ciutat escolari que compren tot d’un collègi, licèu e ensenhament professionau. “Avèm prepausat un protocòle alternatiu, mai lo principau pòu pas nos dire que òc am’aqueu sistèma tant ierarquisat en França, fau que l’Acadèmia consentis”.

 

Ailàs, l’inspector mandat per l’Acadèmia farà totei lei repròches possibles ais ensenhaires qu’avian discutit l’alternativa durant son dimenja.

 

Lo problèma evocat per leis ensenhaires es ben l’impossibilitat de respectar un protocòle sanitari, quand es confrontat a la realitat. “Lei corredors son estrechs, adonc lei sens de circulacien empachan pas lei collegians de se crosar, e lei professors de sciencia pòdon pas aculhir leis escolans dins de salas agençadas per aquò”, bòrd que lo protocòle es de gardar una classa dins la meme sala tota la jornada, nos vèn Joan.

 

E pasmens vòu pas laissar lo monde tornar a l’ostau per de cors virtuaus. “Avèm vist coma èra una cagada amé lo premier confinament ! L’i a agut totplen de monde que desaparrèron”.

 

Laissam Pèiralata per Marselha, centre ciutat, onte Sarà, professora d’occitan en collègi, rena tanben : “l’idèa de laissar lo monde dins la meme sala, vist de luenh es bòna, mai quora l’i siam, pas tant ! Coma faire amé leis opciens ? D’una classa, de monde se’n separa per un cors d’arabi, d’occitan o de latin, et li a de monde qu’erra sensa relambi”.


Protocòles irrealistas e manca de personau

Collège à Pierrelatte (photo Archives Aquò d'Aquí)
Collège à Pierrelatte (photo Archives Aquò d'Aquí)

La fauta genetica, per la professora, es pas tant lo protocòle, que l’endigènci de l’ensenhament public. “Fau vèire que nòstre collègi, previst per aculhir 350 escolans, ne’n a ara mai de 400, e dins lo meme temps, lei susvelhants son passats de uech a cinc. Son desbordats, pòdon pas acanalar lo monde. En mai d’aquò, l’ànsia, la nervositat son a totei lei nivèus, e vesem mai que d’un còp de collègians se bagarrar, que fau aseparar…”

 

A Marsella Sarà pensa que fau acceptar lo risc epidemic mai aumentar seriosament lei mejans umans per gestionar mielhs. A Pèirelata Joan eu pensa que fau gestionar diferentament : “tres jorns de presenciau per meitat classa puei dos jorns en distanciau, e la setmana següenta lo meme grope fariá dos e tres jorns”. A Marselha, Sarà vòudriá avans tot vèire mai de fremas d’ostaus e de pions per faire la setmana pas tant ariscada.

 

Totei se son retrobats dimarç per la cauma, mai a Pèirelata, ne’n èra pas lo premier jorn : “ce qu’a fa plaser pasmens es de vèire lei parents lançar una jornada “collègi mòrt” ben reussida, e lo sosten, l’avèm apreciat. Am’elei se siam vists vertadièrament coma “comunautaut educativa”.

 

A Marselha, Sarà a agut la marrida sospresa de vèire arribar lei paracasudaires, equipats coma per la guerra ! “Se siam acampats davant lo collègi, e coma la Prefectura èra pas avisada, nos a mandat de militaris en virtu de dispositius anti-terrotistas”.

 

E d’ajustar : “de tot biais amb aquel afaire, me sembla d’èstre en plena guerra chasque jorn !”


Dans notre revue de décembre-janvier, un dossier complet sur l'enseignement durant l'épidémie. Abonnez vous dès maintenant pour en profiter

Jeudi 12 Novembre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.