Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Assistits


Les maires opposés à la Métropole d'Aix Marseille ont reçu des assurances du futur "patron". Ils feront ce qu'ils voudront. L'art de tout changer pour que rien ne change...



Enfin tous unis...contre Paris (photo MN)
Enfin tous unis...contre Paris (photo MN)
La Metropòli d’Ais-Marselha es ara quasi una realitat, que deu s’impausar a una centena de comunas e sei sièis intercomunalitats per lo començament de janvier 2016.
 
Es plus d’ora, per lei 103 premiers cònsols que ne’n volián pas, de s’escondre darrier son refus. Es l’ora de discutir lei mejans de reüssir aquela escomessa d’acampar una metropòli que vòudrián veire bailejar la Mediterranèa.

Coma fondar una capitala eurò mediterraneana quand començatz per ne'n demandar lo mejan a Paris ?

Es ce que mai que d’un a dich quand se son acampats a Marselha per lo darrier dissabte avans lei vacanças d’estiu.
 
Volián entendre Jan-Claudi Gaudin, lo premier cònsol de Marselha, faire un brave numerò de claquetas. Coma en 1995, quand es naissuda la comunautat urbana de Marselha, amé fòrça teatralitat, a dich ai cònses ce que volián entendre : « tant que ieu serai baile de la Metropòli, seretz lei patrons au vòstre ! »
 
Patrons que podrián alòr consomar tant d’espaci coma l’an totjorn fach am’una politica de permés de bastir qu’espandisse l’ostau individuau de’n pertot e que fa impossible a l’ora d’ara tota politica rasonabla de desplaçament e de transpòrts publics de tria.
 
La fòrta pollucien de l’èr que pertocava tota l’aglomeracien lo diluns d’après, coma mai o mens un jorn sus tres, nos vèn d’aquí, d’aqueu degalh dei politicas publicas permissivas que nos estrangola despuei trenta ans, pas mens.
 
Puei, totei sabon s’acampar per romegar que l’Estat li dona pas lo mejan de la reüssir aquela Metropòli, que ne’n volián pas.
 
Va sabèm, París es lèst a impausar, puei a vos far pagar sei decisiens.
 
E es verai que lei dotaciens d’Estat ai comunas dei Bocas-dau-Ròse se nequelisson despuei 2013. Mens 105 M€ ! L’Estat donariá 50 M€ per endraiar la Metropòli.
 
« Nos parlan en miliens, mai per bailejar la Mediterranèa nos faudriá parlar de miliards » que ditz l’ardènt afogat baile dei cònses enrabiats còntra la Metropòli, Jòrgi Cristiani.
 
Vaquí onte ne’n siam e perqué, fondamentalament, aquela Metropòli aurà ben pauc l’astre d’èstre capitala de l’Euròpa Mediterranèana.
 
Gèno e Barcelona son fòra de portada per aquela plaça.
 
Es qu’a Marselha, quand volètz èstre fòrt, demandatz de dardenas a l’Estat. A Barcelona exigissètz de pas li pagar mai. A Marselha, demandatz la permissien a l’Estat de faire un quartier d’afaires, e lo pregatz de bastir un Museum onte avètz ren de dire. A Barcelona, lo cònse e lo president de la Generalitat s’entendon per faire un projèct que serà lèu fach. Qu’a l’Estat li agrade ò non.
 
Aquí lei cònses son d’acòrd amé l’Estat per pas recebre mai d’impòst, e preferon de lo laissar filar a París, que vos dona puei ce que vòu ben.
 
Aquí una maladiva mentalitat d’assistits, ailà lo sentiment  que l’avenir es sieu. Siam polits, Metropòli o non !

Lundi 29 Juin 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.