Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Aquò d'Aquí danse costumé et manifeste pour la République !


AU SOMMAIRE DU NUMERO D'OCTOBRE : Notre revue mensuelle interroge les Catalans qui manifestent pour l'indépendance et la République, des individus parmi le million de la Diada nous disent leurs raisons. A Aix, nous interrogeons les danseuses et les danseurs de La Capouliero. Les membres de ce groupe portent haut l'idée de qualité et d'ouverture...a la création, aux autres cultures.



Le folklore n'est pas en soi bon ou mauvais, mais il s'affiche honnêtement comme une science du peuple qui vit ses traditions, ou comme un musée ambulant. Il s'exprime avec de la qualité artistique, ou il se contente de promener des costumes conservés dans la naphtaline. Nous avons choisi d'en parler avec un groupe plus que connu en Provence, la Capouliero, qui longtemps a organisé...et bien le festival de folklore international. 

Nous sommes allés parler avec les Catalans dans la rue, lors de la grande manifestation de la Diada, à Barcelona. Un an après le référendum pour l'indépendance, ils expriment une grande envie de démocratie, dans un monde contraint. Mais au moins le reste de l'Europe ne fait plus silence sur leur situation.

Retour à Marseille, juste pour voir Ni Sud ni Paca réunir une grosse centaine de manifestants à l'occasion du Congrès des Régions de France. Les citoyens n'acceptent pas la nouvelle dénomination de leur région : Région Sud. Une indication géographique relative là où ils souhaitent une reconnaissance culturelle, en Provence, un point c'est tout.

Ah ! Une nouveauté : la botaniste cévenole Florence Faure-Brac nous propose pour la première fois une chronique sur une plante de chez nous, et ses utilisations. En occitan dans le texte.

Et puis, nous faisons le point sur la situation de l'enseignement en occitan dans les Hautes-Alpes. Elle n'est pas joyeuse, il n'y a plus rien. Et l'Administration en est semble t'il heureuse. Le milieu associatif lui, se mobilise. 

Un journal une fois de plus qui compte 50% de sa surface éditoriale en langue régionale, dans les deux graphies de celle-ci, avec des glossaires qui permettent de comprendre tous les textes.

Vous pouvez vous laisser tenter par l'expérience. 25€ par an, pour assurer le développement de l'unique journal d'actualités qui vous parle du pays en Provençal, Niçois et Alpin d'Oc.

 

Jeudi 4 Octobre 2018
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.